la rive est loin
la rive est loin © Radio France / Ying Chen

Ying Chen pour son roman "La rive est loin" aux Editions du Seuil.

De l’autre côté du fleuve, en regard de notre ville, un tremblement de terre a eu lieu il y a quelque temps, mais la ville d’en face se porte à merveille, s’accroît de jour en jour, les derniers morceaux de terre cultivable viennent d’être achetés, les nouveaux immeubles seront bientôt en place. La paix y règne. Les jardins bâtis sur les cadavres et nourris de sang fleurissent bien. La prospérité se prolonge sans fin. Aucun signe d’écroulement. Le paradis existe. Le progrès est possible."

Ying Chen, née à Shanghai, vit à Vancouver. Elle écrit directement en français. Elle avait été remarquée avec L’Ingratitude (Actes Sud, 1995). Elle jouit d’un grand prestige au Canada, où de nombreuses thèses ont été consacrées à son œuvre. Elle est traduite dans plusieurs langues. La rive est loin est son septième livre publié au Seuil.

En ville
En ville © Radio France / Christian Oster

Christian Oster pour son roman "En ville" aux Editions de l'Olivier.

Un an après avoir publié Rouler chez L’Olivier, Christian Oster propose En ville . Dans le premier roman cité, un homme quittait Paris sans qu’on sache pourquoi. Il prenait la route et c’était, pour le romancier que l’on connaît pour Mon grand appartement ou Une femme de ménage , comme un nouveau début. Le roman avait quelque chose de dépouillé, d’aride, au sens où l’on ne trouvait aucune explication à cette traversée de la France qui menait le héros à Marseille.

En ville est, comme son titre l’indique, un roman qui ne quitte pas le cadre urbain, qui, par certains côtés, le célèbre. Il faut attendre la dernière page, et un départ en train, pour que les protagonistes quittent Paris.

Françoise Huguier
Françoise Huguier © Radio France / Françoise Huguier

Françoise Huguier pour "Françoise Huguier" chez Photo Poche, aux Editions Actes Sud.

La riche diversité de l'oeuvre de Françoise Huguier s'explique peut-être par son refus de choisir entre les différentes facettes du médium photographique. Elle s'intéresse à la mode – on sait sa longue complicité avec le couturier Christian Lacroix – mais la traite de façon décalé ; elle parcourt en profondeur l’Afrique et décide d’en faire connaître les grands photographes ; le photoreportage, qu'elle pratique à travers une longue collaboration avec Libération , la requiert autant qu'une forme d'investigation anthropologique dans laquelle elle excelle.

Et Les chroniques des libraires:

  • Manon Trépanier , de la librairie "Alire", à Longueuil, au Québec , pour le livre de Geneviève Damas , publié aux Editions du Septentrion / Collection Hamac

François Sorrente, jeune homme illettré vit au milieu des cochons et a l'interdiction de passer la rivière. Il trouve pourtant le courage d'apprendre à lire et décrypter les secrets de sa famille si particulière.

Université de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du xxe siècle.

Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique.

Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’un génie qui ne savait pas vivre et d’une femme qui ne savait qu’aimer.

  • Damien Malfait , de la librairie du Boulevard, à Genève, en Suisse , pour "La survie de l'spèce" aux Editions Futuropolis.

Si l’on en croit Paul Jorion, l’économie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des seuls économistes ! Preuve en est faite avec La Survie de l’espèce, un essai dessiné percutant, drôle, et pas complètement désespéré, mis en images par Grégory Maklès, connu jusqu’ici pour ses bandes dessinées de fantasy humoristique. En une succession de courts chapitre et d’analyses aussi pointues sur le fond, que délirantes dans la présentation, pimentées d’un brin de souvenirs personnels et d’un zeste d’actualité, Jorion brosse au vitriol un portrait érudit et rigolo de l’idéologie politique et de l’organisation de l’humanité actuelles, qui s’acheminent vers leur extinction naturelle, et il propose quelques idées pour l’éviter. Jouant des symboles connus de tous, Maklès vulgarise les écrits de Jorion, avec la volonté de faire sourire plutôt que de se laisser abattre.

  • Matthieu Colombe , de la librairie "Goulard", à Aix-en-Provence , pour "Hey! Modern art & pop culture: art show part II" , publié aux Editions Ankama.

Catalogue de l’exposition qui se tient au Musée de la Halle St Pierre à Paris du 25 janvier au 23 août 2013.

Retrouvez le meilleur de l’exposition « HEY! Modern Art & Pop Culture / Part II » au fil des pages de ce catalogue d’exposition remarquable ! Pour la seconde fois, le musée de la Halle Saint Pierre et la revue HEY! s’associent pour présenter l’exposition « HEY! Modern Art & Pop Culture / Part II ». Le succès de la première édition, qui réunissait plus de 64 artistes internationaux (en majeure partie publiés dans la revue), n’est plus à démontrer. Cette seconde exposition garantit la même « puissance de découverte » : elle reste une rencontre entre les courants de la pop culture, les formes populaires de l’art moderne et contemporain, l’art outsider et l’art singulier.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.