+Marc Dugain vient nous parler de son dernier roman "Avenue des géants" , publié aux Editions Gallimard

Avenue des géants
Avenue des géants © Radio France / Marc Dugain
Al Kenner serait un adolescent ordinaire s'il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n'était pas supérieur à celui d'Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d'une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l'habite. Inspiré d'un personnage réel, _Avenue des Géants_ , récit du cheminement intérieur d'un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s'illusionne dans les décombres de la guerre du Vietnam. + **Retour sur les moments d'antenne qui ont marqué nos libraires cette saison.** Redécouvrez avec Matthieu Colombe l'hommage rendu à Moébius au Salon du Livre de Paris, avec Déborah Damblon une déambulation en compagnie de Frank Margerin, Aline Crumb et Jean Solé lors du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême. Manon Trépanier a sélectionné pour vous la rencontre avec Joël Desrosiers à Montréal, et Florence Bourdin l'entretien avec Camille De Toledo. + **François Schuiten** nous présente son nouvel album _**"La Douce"**_ , publié aux [**Editions Casterman** ](http://bd.casterman.com/ "Casterman").
La Douce
La Douce © Radio France / françois Schuiten
À cinquante ans passés, Léon Van Bel, machiniste-mécanicien proche de la retraite, s’accroche passionnément à son métier de cheminot, et à la machine qui l’incarne : la 12.004, somptueuse loco à vapeur de plus de vingt mètres de long, avec laquelle il a déjà fait quatre fois le tour de la terre et qu’il surnomme affectueusement [**« la Douce »** ](http://www.12-ladouce.com/ "La douce"). Mais au fond, il ne se fait guère d’illusions. Dans ce monde qui pourrait être le nôtre, les transports ferroviaires traditionnels seront très bientôt détrônés par le téléphérique, et Van Bel irrémédiablement mis au rancart, sacrifié comme sa machine aux exigences de la modernité. Pour protéger la loco du dépeçage, le vieux cheminot révolté tente, en vain, de voler la Douce. Persuadé néanmoins qu’elle a pu échapper aux ferrailleurs, et qu’il saura la retrouver, il embarque clandestinement à bord du téléphérique, en compagnie d’une jeune femme mutique dont il a déjà brièvement croisé la route, dans des circonstances dramatiques… **La chronique de nos libraires** : + **Matthieu Colombe** , de la librairie "Goulard", à **Aix-en-Provence** , nous présente**_"Greatest Hits Robert Combas"_** publié aux [**Editions Somogy** ](http://www.somogy.net "Editions Somogy"). Reflet de l’exposition, ce catalogue est à l’image de l’artiste : libre et multiforme. Une plongée à la fois chronologique et thématique dans l’univers de Robert Combas avec pour fil conducteur la musique. Des années 1970 à nos jours, toutes les facettes d’une œuvre riche et foisonnante sont abordées : les femmes, la religion, la mort, les batailles, le sud des origines... et la musique ; la peinture, la sculpture, le dessin... Fin des années 1970, Robert Combas, Rémi Blanchard, François Boisrond et Hervé Di Rosa forment ce que Ben a appelé La Figuration Libre, ce mouvement puise dans la culture populaire (revues, BD, video, jeu) et dans le rock, le punk et le funk. Parallèlement, à New-York, apparaît une nouvelle génération d’artistes parmi lesquels Julian Schnabel, Keith Haring, Kenny Scharf ou Jean-Michel Basquiat. La Figuration Libres c’est faire ce qu’on veut le plus possible, le plus personnellement, le plus librement; c’est s’amuser, c’est être décontracté. La liberté de Robert Combas s’exprime dans la multiplicité des sujets abordés, des supports, des techniques employées. Le Dadaisme, l’Art Brut, l’Art Nègre, celui des peintres publicistes, naïfs d’Haiti, d’Afrique, d’Amérique du Sud, de Jamaïque, l’Art naïf, l’Art pauvre, le Rock and roll, la Rock Culture, Picasso, l’Expressionnisme, l’Impressionnisme, la B.D : on mélange tout et on trouve Combas, figuratif parce que je vis dans un monde de réalité. Je trouve par contre que le message de mes peintures est complètement abstrait, c'est un mélange d'images, de couleurs, de fausses écritures asiatiques, arabes, sud-américaines, une peinture qui est un essai vers un langage universel. "Ma peinture c’est du rock." Robert Combas. + **Deborah Damblon** , de la librairie "La Licorne" à **Bruxelles** , nous parle de _**"Petit prince pouf"**_ , un album de **Agnès Desarthe** et **Claude Ponti** , publié aux [**Editions Ecole des Loisirs** ](http://www.ecoledesloisirs.com/ "Ecole des loisirs"). Le roi et la reine cherchaient un professeur pour leur fils, le prince Pouf. De nombreuses têtes couronnées leur ayant recommandé un certain Monsieur Ku, ils le firent venir au château, contre l'avis de leur chambellan. Au soir de la première leçon, quand ils surent ce que Petit Prince Pouf avait appris, ils furent un peu inquiets... + **Florence Bourdin** , de la librairie "Mot de passe" à Neuchâtel, en **Suisse** , nous raconte _**"Cet été-là"**_ publié aux**Editions LGF** . Coutainville, un week-end du 14 Juillet. Trois couples d’amis se retrouvent. C'est un rite immuable et léger. Une parenthèse joyeuse. Cet été-là, pourtant, un adolescent s'immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures... Cet été-là est un roman sur la fragilité des existences que l'on voudrait heureuses - mais dont les failles se creusent au rythme des mensonges et des compromis, un roman sur la solitude, lorsque le temps a passé, lorsque la lucidité a remplacé l'insouciance, et les doutes la jeunesse. +**Manon Trépanier** de la librairie "A lire", à Longueuil, au **Québec** , nous présente _**"Le christ obèse"**_ , publié aux [**Editions Alto** ](http://www.ecoledesloisirs.com/ "Editions Alto"). Coutainville, un week-end du 14 Juillet. Trois couples d’amis se retrouvent. C'est un rite immuable et léger. Une parenthèse joyeuse. Cet été-là, pourtant, un adolescent s'immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures... Cet été-là est un roman sur la fragilité des existences que l'on voudrait heureuses - mais dont les failles se creusent au rythme des mensonges et des compromis, un roman sur la solitude, lorsque le temps a passé, lorsque la lucidité a remplacé l'insouciance, et les doutes la jeunesse.
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.