Carole Martinez pour son livre "Du domaine des murmures" publié aux Editions Gallimard dans la collection Blanche - Prix Goncourt des lycéens 2011

murmure
murmure © Radio France

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » : elle veut faire respecter son vœu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe... Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte. Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d'une sensualité prenante.

  • Etienne Davodeau pour son livre "Les Ignorants, récit d'une initiation croisée" publié aux Editions Futuropolis .
davodeau
davodeau © Radio France

Par un beau temps d'hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L'un a le geste et la parole assurés. L'autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne », et s'étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ». Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées. Pendant un an, Étienne Davodeau a goûté aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s'est interrogé sur la biodynamie.Richard Leroy, de son côté, a lu des bandes dessinées choisies par Étienne, a rencontré des auteurs, s'est rendu dans des festivals, est allé chez un imprimeur, s'est penché sur la planche à dessin d'Étienne... Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun ; et ils sont plus nombreux qu'on ne pourrait l'envisager de prime abord...

Germano Zullo pour ses deux livres "Gratte-Ciel" et "Les oiseaux" publiés aux Editions La Joie de Lire

gratte ciel
gratte ciel © Radio France

Deux milliardaires, Agenor-Agobar Poirier des Chapelles et Willigis Kittycly Junior, construisent leur nouvelle maison, de véritables gratte-ciel. Et c'est à celui qui construira le plus haut. Ils prennent l'avantage à tour de rôle, jusqu'au jour, où les architectes leur font comprendre qu'il est devenu impossible de continuer. Les deux milliardaires étant ce jour-là à parfaite « égalité de hauteur », ne veulent pas entendre raison et décident de poursuivre seuls la compétition, sans architectes, sans ingénieurs, sans ouvriers et sans personnel de maison. Une belle fable sur la folie des hommes, une critique humoristique du monde moderne, de la compétition à tout prix et du « toujours plus ». Ce livre est illustré en noir et blanc au Rötring.

oiseaux
oiseaux © Radio France

Entre désert jaune et ciel bleu, un camion rouge suit une route serpentine pour finalement s’arrêter au bord d’un précipice. Le chauffeur sort de son véhicule pour en ouvrir les portes arrière et permettre ainsi à la nuée d’oiseaux qu’il transportait, de s’envoler de ce bout de monde où le ciel et la terre se disjoignent et où leurs habitants respectifs semblent devoir se séparer. Tous s’envolent, sauf un petit oiseau noir. Pourquoi ? Par Peur ? Ignorance du vol ? Le chauffeur et sa bonhomie naturelle vont tout faire pour que le petit volatile puisse lui aussi fréquenter l’azur.

Reza et Jean-Claude Carrière pour"L'envol, la Conférence des oiseaux" publié aux Editions Démocratic Book

reza
reza © Radio France

En regardant les photographies de Reza, Jean-Claude Carrière a cru reconnaître un voyage ancien, raconté au XII° siècle par un poète persan, Farid Al-Din Attar. Le poème s'appelle La Confèrence des oiseaux. Toutes les étapes de ce voyage, les splendeurs comme les misères, les accidents, les étonnements, les extases, les abandons, les désespoirs, tout était là, dans le travail du photographe. Ces images n'attendaient qu'un regard et une parole. Les deux hommes ont alors reconstitué, pièce par pièce, cette envolée initiatique. Ils sont partis, ils ont traversé les sept vallées, ils sont arrivés au vrai roi. Avec une surprise : l'itinéraire n'a pas changé, les obstacles restent en place, et la même surprise nous attend à la fin. Les siècles se déroulent, les ruines succèdent aux ruines, nous n'avons pas changé.

Le choix des Libraires:

  • Laura Sanchez , en direct de "la librairie du Boulevard", à Genève (Suisse ) nous parle de "Eux sur la photo" le livre de Hélène Gestern, publié aux Editions Arléa

Une petite annonce dans un journal comme une bouteille à la mer. Hélène cherche la vérité sur sa mère, morte lorsqu’elle avait trois ans. Ses indices : deux noms, et une photographie retrouvée dans des papiers de famille qui montre une jeune femme heureuse et insouciante, entourée de deux hommes qu’Hélène ne connaît pas. Une réponse arrive : Stéphane, un scientifique vivant en Angleterre, a reconnu son père.

Commence alors une longue correspondance, parsemée d’indices, d’abord ténus, puis plus troublants. Patiemment, Hélène et Stéphane remontent le temps, dépouillant leurs archives familiales, scrutant des photographies, cherchant dans leur mémoire. Peu à peu, les histoires se recoupent, se répondent, formant un récit différent de ce qu’on leur avait dit. Et leurs découvertes, inattendues, questionnent à leur tour le regard qu’ils portaient sur leur famille, leur enfance, leur propre vie.

  • En direct de Montréal , pour la librairie Monet, Caroline Le Gal nous parle de "Paul au parc" un livre de Michel Rabagliati , publié aux Editions La Pastèque.

Septième tome des aventures de Paul! Retour au monde de l’enfance avec Paul au parc, l’action se situant avant Paul à la campagne. Michel Rabagliati explore cette fois-ci le scoutisme et le mentorat avec en toile de fond la crise d’octobre…

  • A Bruxelles , de la librairie La Licorne, Déborah Damblon nous parle de "Bruxelles vue par les grands écrivains" , un livre de Georges Lebouc, publié aux Editions Luc Pires .

Au fil des siècles, les plus grands écrivains, d’où qu’ils soient, ont arpenté les rues de Bruxelles et s’en sont inspiré. De Charles Baudelaire à William Cliff, en passant par Alexandre Dumas, Victor Hugo, Gérard de Nerval, Arthur Rimbaud, Marguerite Yourcenar, Charlotte Brontë, Colette, Georges Rodenbach, Camille Lemonnier, Michel de Ghelderode, André Baillon, John Dos Passos et autre Charles De Coster, tous ont laissé des traces de leur passage chez nous. Dans cet ouvrage, Georges Lebouc, amoureux de sa ville, part sur les traces de ces gens de lettres qui racontent, à leur manière et avec leur plume, la vie de la cité, prouvant, par photographes interposés, combien, des Marolles à Schaerbeek, en passant par le Sablon et l’avenue Louise, Bruxelles est toujours aussi belle et attractive.

  • Georges Marc Habib , pour la librairie "L'Atelier", àParis , nous parle de "Paris VS New York" , un livre de Vahram Muratyan , publié aux Editions 10/18 .

Un match visuel amical entre ces deux villes, c'est le regard croisé d'un amoureux de Paris sur un New York, rempli de détails, de clichés et de contradictions. Suivez le guide !

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.