Cette semaine, "La Librairie Francophone" est au Salon du Livre de Montréal . Un événement à ne pas manquer!

la liste de mes envies
la liste de mes envies © Radio France / Grégoire Delacourt

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique , 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

  • Robert Lalonde pour son dernier roman "Un jour le vieux hangar sera emporté par la débâcle" publié aux Editions Boréal .
Un jour le vieux hangar sera emporté par la tempête
Un jour le vieux hangar sera emporté par la tempête © Radio France / Robert lalonde

y a d’abord, bien sûr, Stanley, l’Indien, le visage à deux faces, qui attire le narrateur comme un soleil noir. Il y a Serge, le fils de bourgeois, le bouc émissaire de toutes ses incertitudes et de toutes ses faiblesses. Éloi, l’ivrogne, l’épouvantail, qui l’attrape en plein vol durant ses nuits de somnambulisme. Claire, sa cousine, l’enfant sauvage, qui le force à sortir de son mutisme. Delphine, qui lui donne la clé des livres et de la chair. Le père Arcos, qui lui apprend la souffrance du monde. Il y a encore l’inséparable, le jumeau, le double aérien, qui vole et marche, apparaît et disparaît, prononce son amour et ses frousses aux comètes filantes et aux étourneaux qui passent. Et puis il y a Clément, l’ami vrai enfin trouvé, qui permet au narrateur de retourner dans le vieux hangar, où peut-être le pardon l’attend. Le périlleux passage de l’enfance à l’adolescence puis à l’âge adulte se trouve au cœur de toute l’œuvre de Robert Lalonde. Le sourd travail du désir, l’élan vers la lumière, la fascination des ténèbres, la passion pour les êtres et les mots, la terrible sagesse de la nature, tous ces thèmes sont ici transfigurés par une manière nouvelle chez Lalonde de tisser plusieurs histoires, de les heurter les unes contre les autres pour en faire retentir toutes les harmoniques.

Maudite éducation
Maudite éducation © Radio France / Gary Victor

Adolescent en Haïti dans les années 70 sous la dictature de Duvalier, tiraillé entre la crainte d’un père rigide et le désir d’explorer le nouveau continent de la sexualité, le jeune Carl Vausier décide de faire confiance à sa propre nature. Dans la maison familiale d’abord, là où la promiscuité interdit le moindre jardin secret, il se réfugie dans le saint des saints, la bibliothèque, pour assouvir ses fantasmes sous la muette approbation des livres… Puis à l’extérieur, lors de descentes dans les bas-fonds de Port-au-Prince où les prostituées lui procurent le plaisir tant recherché, et surtout lui racontent des femmes stupéfiantes, victimes de l’Histoire et de la cruauté des hommes.

Mais la véritable initiation sentimentale de Carl débute lors d’un jeu de correspondance organisé par son école, où il échange avec la mystérieuse Cœur Qui Saigne… Leur première rencontre est un fiasco et Carl ne reverra la jeune fille que des années après. Il ne cessera alors de vouloir la sauver de son tragique destin. Le roman devient celui de deux êtres voulant rattraper les erreurs du passé, réécrire leur propre histoire, tandis qu’autour d’eux la violence redouble, que les militaires rôdent et agissent avec une brutalité inouïe.

Célibataires
Célibataires © Radio France / India Desjardins et Magalie Foutrier

À bas les idées reçues ! Une jeune femme célibataire ne passe pas ses soirées en pyjama devant une comédie romantique à manger de la glace. Dans cet album sans concessions, les auteurs, toutes deux expertes en matière de célibat, prennent à rebours les clichés pour mieux nous décomplexer. Car ne pas être en couple, c'est avant tout mener une vie palpitante, qui n'est pas gouvernée par les horaires des biberons ou les soirs de match. Suivez les tribulations de la Célibataire, personnage haut en couleur qui perd rarement la face ou sa bonne humeur, et apprenez : - à repérer si le mâle est libre au contenu de son Caddie ; - à profiter de chaque situation pour montrer à son ex qu'on est beaucoup mieux sans lui ; - à foncer sur chaque bon plan qui se présente (sans se prendre les pieds dans le tapis du bar)... Une bonne tranche de rigolade entre copines, et tant pis pour les rides !

Et la chronique des libraires:

  • Nathalie Romanens de la librairie "Des livres et moi" à Martigny, en Suisse , nous parle de "Homo erectus" , un livre de Tonino Benacquista , publié aux Editions Folio .

Pour certains, il s'agissait d'un rendez-vous réservé aux hommes, où il était question de femmes. D'autres, en mal de solidarité, y voyaient le dernier refuge des grands blessés d'une guerre éternelle. Pour tous, d'où qu'ils viennent et quoi qu'ils aient vécu, c'était avant tout le lieu où raconter son histoire.

Une confrérie informelle réunit exclusivement des hommes, venus se raconter, en quelques mots ou en quelques heures, leurs histoires d’amour, sentimentales ou sexuelles. Un roman aussi drôle que tendre, qui décortique avec brio les cas de figure les plus épineux de la relation amoureuse...

  • Déborah Damblon de la librairie "La Licorne", à Bruxelles , nous parle "D'Alechinsky à Wolf" , un livre de Serge Goyens de Heusch , publié aux Editions Mardaga .

« La couleur est par excellence la partie de l’art qui détient le don magique. Alors que le sujet, la forme, la ligne s’adressent d’abord à la pensée, la couleur n’a aucun sens pour l’intelligence, mais elle a tous les pouvoirs sur la sensibilité », écrivait Eugène Delacroix dans son Journal. Et combien avait-il raison ! Dans cette anthologie, c’est la couleur qui rythme les pages pour faire nous découvrir une manière de lire et d’apprécier « autrement » ces œuvres contemporaines, sans a priori sur les mouvements artistiques dont elles sont issues. Pierre Alechinsky côtoie Anto Carte et Auguste Herbin dialogue avec Constantin Meunier dans ce catalogue richement illustré et aux notices bien documentées sur les artistes et leur œuvres. Des extraits littéraires d’écrivains belges sur l’art et la couleur jalonnent les chapitres et permettent au lecteur une évasion artistique au fil des gammes chromatiques présentées.

Cet ouvrage nous invite à une visite guidée dans une collection d’art. Cet ensemble appartient à la province du Brabant wallon en Belgique et est disséminé dans plusieurs bâtiments. Il était jusqu’ici invisible pour le grand public auquel il est, grâce à ce livre, « rendu », dans toute sa diversité.

  • Manon Trépanier de la librairie "A lire" à Longueil, au Québec , nous parle de "Jane, le renard et moi" , une BD de Fanny Britt , illustrée par Isabelle Arsenault , publiée aux Editions La Pastèque .

Hélène est victime de harcèlement et d'intimidation à son école. Elle trouve alors refuge dans le monde de Jane Eyre, le premier roman d'Emilie Brontë...

jane, le renard et moi est un récit touchant qui présente avec justesse la méchanceté que les enfants peuvent déployer les uns envers les autres.

Au texte brûlant d'actualité de Fanny Britt s 'ajoute le travail d'illustration d'Isabelle Arsenault: moderne et sensible, utilisant la couleur de façon surprenante, son dessin se révèle exceptionnel.

Pour leur première incursion dans le monde de la bande dessinée, les deux auteures réalisent une œuvre parfaite.

  • Matthieu Langlois de la librairie "Carcajou", à Laval,au Québec nous parle du dernier roman d'Amin Maalouf "Les désorientés" , publié aux Editions Grasset .

Cela fait vingt-cinq ans qu’Adam n’est pas retourné dans son pays natal. Vingt-cinq ans qu’il vit à Paris, où il est un historien reconnu.

Une nuit, il est réveillé par la sonnerie du téléphone. L’appel vient du pays où il est né et où il a grandi.L’un de ses plus proches amis de jeunesse est à l’agonie. Il s’appelle Mourad, et avant de mourir, il voudrait revoir Adam, avec lequel il est brouillé depuis toutes ces années. Alors, sans réfléchir, Adam prend le premier avion. Après des décennies d’absence, le revoici au pays de ses origines, un pays d’Orient aux montagnes couleur de lait. Ce grand intellectuel qui avait choisi l’exil retrouve soudain les lieux et les gens qu’il avait quittés sans se retourner. Peu à peu, le passé refait surface. Adam se souvient de Naïm, de Bilal, d’Albert et de Ramez, il se souvient des nuits passées à débattre passionnément, il se souvient de la guerre.

Il s’installe chez la belle Sémiramis, et soudain, c’est l’heure du bilan. Que sont-ils tous devenus ? De l’islamiste « fréquentable » à l’ingénieur devenu moine, du magnat des affaires au politicien véreux, les amis de jeunesse ont suivi des voies différentes, et certains d’entre eux ont à présent les mains sales. Que faut-il préférer ? La pureté de l’exil ou l’engagement qui corrompt ? Le courage n’est pas toujours là où l’on croit… L’amour et l’amitié, les idéaux et les compromissions, la politique, le désir, la trahison, c’est à tout cela qu’Adam se confronte au cours de ce voyage, avant de rencontrer son destin…

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.