Noëlle Revaz , pour "L'infini livre" , publié auxEditions Zoé .

revaz
revaz © Radio France

Jenna et Joanna, deux écrivaines à succès, mènent une vie tranquille entre leurs familles et les plateaux de télévision. Dans le monde simplifié qui est le leur, les livres sont devenus de banals objets, dont la valeur et l'intérêt s'arrêtent à la couverture. Présentateur, acheteur ou écrivain, plus personne ne songe à les ouvrir. Le geste est tombé dans l'oubli. Mais cette simplification va plus loin et s'étend à tous les domaines de la vie. La musique est un objet. Les enfants peuvent être des autocollants. Les amis ne sont plus qu'un mot. Il n'y a plus de for intérieur.

Satire du monde du livre ou fable hyperréaliste, ce roman est avant tout une réflexion sur les façons que nous avons de vivre aujourd'hui. Dans cet univers confiné aux accents futuristes on progresse entre inquiétude et rire, pour s’apercevoir enfin que c’est de notre quotidien qu’il s’agit.

Roman à l'implacable logique, L'infini livre est porté par une profonde ironie.

Jean-Luc Marty , pour "La mer à courir" , publié auxEditions Julliard

marty
marty © Radio France

Paul, le Tahitien, débarque en métropole pour continuer ses études de géographie. L'ami qui a promis de l'héberger n'est pas à l'aéroport mais a envoyé un proche qui le conduit dans une cité de banlieue. Paul s'était imaginé habiter Paris. À Tahiti, sa mère lui a confié une enveloppe contenant un mystérieux livre de bord, comme on en trouve sur les bateaux. Paul doit le remettre à une jeune fille qu'il ne connaît pas. Elle s'appelle Virginie. Âgée de vingt-cinq ans, elle vient d'être engagée à la Hub Media Corporation en tant que journaliste stagiaire. Chaque matin, elle rejoint un gigantesque immeuble de verre dans une banlieue de la capitale. Paul n'est pas censé la rencontrer, juste déposer le paquet à l'accueil de l'entreprise de presse. Mais il est curieux de voir à qui on remettra l'enveloppe. Ni l'un ni l'autre ne se doutent que le livre de bord se transforme en journal intime. Celui d'un homme qui a joué un rôle dans leur existence, à des moments différents. Tout comme ils ne savent pas encore que leur vie va enfin leur appartenir, au bout d'une longue spirale de confusion et d'errance sur les rives d'un fleuve, comme une promesse de mer.

Franck Margerin pour "Je veux une Harley" , publié aux Editions Dargaud

margerin
margerin © Radio France

Passionnée par le bouddhisme, Tanie Carré rêve de faire un trek initiatique au Tibet avec son mari. Devant l'insistance de sa femme et ne sachant pas comment contrarier ce projet, Marc se confie à ses copains bikers. Ensemble, les quatre hommes imaginent un subterfuge : proposer à Tanie un remariage à Las Vegas et permettre ainsi au groupe de partir en Harley sur les routes de l'Ouest américain. Le voyage "romantique" répondra-t-il aux attentes de Tanie ? Monument Valley, Le Grand Canyon, Las Vegas et surtout la mythique Route 66 risquent de réserver bien des surprises.

Riad Sattouf , pour"Pascal Brutal - Le roi des hommes" , publié aux Editions Fluide Glacial

sattouf
sattouf © Radio France

Bénéficiant dorénavant du même traitement que les plus grands héros américains de blockbusters franchisés (Batman, Spiderman, les X-men ...), Le Roi des hommes nous propose, en plus des aventures traditionnelles de notre virilos préféré, plusieurs histoires REBOOT, où Pascal Brutal repartira de zéro dans d’autres univers de vie, avec plus de budget à chaque fois !

Les chroniques des libraires :

Déborah Damblon , de la librairie La Licorne , à Bruxelles, pour « Géronimo a mal au dos » , un Poche de Guy Goffette , publié aux Editions Folio Gallimard

Simon, le narrateur d'Un été autour du cou , précèdent roman de Guy Goffette, est devenu un homme. Il raconte sa relation avec un père taciturne, rude et exigeant, qu'il admire pourtant, leur difficulté à communiquer et ses attentes déçues. Cet homme dont il fait le portrait restera pour lui comme une ombre insaisissable.

Grégoire Courtois , de la librairie Obliques , à Auxerre , pour « La part des nuages » , un roman de Thomas Vinau , publié chez Alma Editeurs

Joseph, 37 ans, mène sa barque comme tout le monde. Atteindre le soir, le lendemain. La fin du mois. Les prochains congés. Finalement, rien n’a changé depuis l’enfance. Mais il n’est plus un enfant, il en a un, Noé, et le bateau tangue. La mère de l’enfant s’en va puis l’enfant à son tour –le temps des vacances.

Le baron perché se serait réfugié dans son arbre, Alexandre le Bienheureux dans son lit. Joseph, lui, commence par grimper dans le cerisier du jardin où il a construit sa cabane. Objectif : ranimer ses rêves. Puis il découvre un second refuge : les autres, leurs histoires, leur présence dehors dans la petite ville.

Avec obstination, Joseph traverse la nuit, essuie l’orage, regarde les nuages. Décrotté, victorieux, prêt à tout.

Manon Trépanier , de la librairie Alire , à Longueuil, au Québec , pour « Pépins de citrouille ! » , un livre-jeunesse de Fabienne Gagnon et Maira Chiodi , publié par les Editions de la Bagnole

Un dragon qui fait miaou, un lapin, roi de la forêt, une effrayante sorcière, un fantôme amoureux... Pépins de citrouille! présente des poèmes remplis d'émotions où une ribambelle de personnages farfelus parcourent les bois, les champs et les rues sous le ciel d'automne.

Nathalie Romanens , de la librairie « Des livres et moi » , à Martigny, enSuisse , pour « Transnistrie, un pays qui n’existe pas » , un Beau-Livre avec des photographies de Nicolas Righetti , des textes de Laurent Nicolet et une préface de Sylvain Tesson , publié aux Editions Favre

La Transnistrie, en Moldavie, n’est reconnue comme pays que par les Transnistriens, ce qui n’empêche pas cet ex-territoire soviétique d’avoir son propre drapeau, son président et une capitale bien à elle, Tiraspol. Nombre de ses habitants regrettent l’époque où Moscou régnait sur toute l’Europe de l’Est. Aujourd’hui, le gouvernement moldave se préoccupe peu de leur avis et se rapproche d’une Union Européenne dont les Transnistriens ne veulent pas. Dans ce bel album photographique en couleurs, Nicolas Righetti dresse un portrait original des habitants de ce pays qui n’en est pas un .

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.