salon du livre de Montréal
salon du livre de Montréal © Radio France /
salon du livre de Montréal
salon du livre de Montréal © Radio France /

Emmanuel Kherad est en direct du Québec pour Le Salon du livre de Montréal pour parler avec...

Georges-Hébert Germain , Président d'honneur du Salon du Livre

georges
georges © Radio France /

"Il n'y a pas d'étranger au Salon du livre; tout le monde y est chez soi, tout le monde peut y trouver de quoi se divertir et s'instruire, se connaître mieux, se libérer, voyager dans tous les espaces et dans tous les temps, rire et pleurer. Le livre touche à tout, il se nourrit de tout, on peut lui arracher des clés, y trouver un sens à la vie, à toutes les vies. Peu importe sa forme, ses caractères, ses sujets, les matériaux dont il est constitué, peu importe qu'il soit électronique ou de papier, il parle à tout le monde.

Lise Bissonnette , présidente du jury du Prix des cinq continents de la francophonie de l'OIF

lise
lise © Radio France /

est une journaliste, écrivaine et administratrice québecoise.

Jocelyne Saucier , le prix des 5 continents, pour son livre "Il pleuvait des oiseaux" aux Editions XYZ

ze
ze © Radio France /

Vers quelle forêt secrète se dirige la photographe partie à la recherche d’un certain Boychuck, témoin et brûlé des Grands Feux qui ont ravagé le nord de l’Ontario au début du XXe siècle? On ne le saura pas. Boychuck, Tom et Charlie, dorénavant vieux, ont choisi de se retirer du monde. Ils vivent relativement heureux et ont même préparé leur mort. De fait, Boychuck n’est plus de ce monde au moment où s’amène la photographe.Tom et Charlie ignorent que la venue de la photographe boulversera leur vie. Les deux survivants feront la rencontre d’un personnage aérien, Marie-Desneige. Elle a 82 ans, tous ses esprits, même si elle est internée depuis soixante-six ans. Elle arrivera sur les lieux comme une brise espérée alors que la photographe découvrira que Boychuck était un peintre et que son œuvre était tout entière marquée par le Grand Feu de Matheson.

Denise Bombardier et Françoise Laborde et "Ne vous taisez plus" aux Editions Fayard

fayard
fayard © Radio France /

Le « séisme » du 14 mai 2011 au Sofitel de New York a permis de dévoiler une France étrangement tolérante à l’égard d’agressions sexuelles qui, sous couvert de « présomption d’innocence », drapée dans son supposé affranchissement des mœurs, justifie sans vergogne des comportements indéfendables. Depuis ce jour, nous avons lu et entendu ce qui s’est dit et écrit en France : un ouragan de réactions sexistes, misogynes, de réactions de caste, de classe, dans un assourdissant silence des femmes. Où sont passées nos grandes voix humanistes et féministes ?La France, terre des Lumières, a fait de la séduction et du libertinage un trait culturel qui lui interdit d’en voir la face obscure, comme si s’indigner du harcèlement sexuel relevait d’une contagion du puritanisme des Anglo-Saxons, considérés comme des sous-développés sexuels.Le machisme à la française est un archaïsme que nous voulons dénoncer. Le silence est l’allié maudit de toutes les formes d’exploitation sexuelle, alors nous disons : Ne vous taisez plus !

Midam pour "Kid Paddle" - vol 12 - Panic Room aux Editions Mad Fabrik

paddle
paddle © Radio France /

On imagine mal Kid, adepte de films gore et de blorks dégommés, faire du baby-sitting. Une fois de plus, Midam nous surprend avec des situations improbables où Kid améliore la réalité à sa sauce.

Cette planche offre aussi une double lecture où les plus jeunes s'amuseront de la situation en général et où les adultes se reconnaîtront peut-être dans l'idéalisation de leur progéniture. Cette double lecture, omniprésente dans la plupart des gags de Kid Paddle, permet à des lecteurs de tous les âges de s'y retrouver, et d'en rire !

Le choix des libraires

  • A Martigny, en Suisse , en direct de la librairie "Des livres et moi", Nathalie Romanens nous parle de "Best -Seller" , le livre d'Isabelle Flükiger , paru aux Editions Faim du Siècle

Si vous croisez un chien qui pourrait être un ange, fuyez !

Heureusement pour le lecteur, les deux amoureux au centre de cette histoire n’ont pas été prévenus et, tout occupés à construire leur carrière professionnelle, ils ne s’interrogent pas sur l’identité du chien errant qui fait irruption dans leur vie.

Dans ce conte tendre et lumineux, Isabelle Flükiger décrit quelques semaines de l’existence d’un jeune couple, qu’elle dissèque d’une plume toujours aussi incisive. Ses deux héros vont découvrir que l’égalité est un leurre, la méritocratie une fiction et, surtout, que la chance est bête à manger des croquettes.

  • Depuis Bruxelles , Déborah Damblon , en direct de la librairie "La Licorne" nous parle de "Une cuisine qui sent bon les soupes du monde" , un livre d'Alain Serres , avec des illustations d'Aurélia Fronty, un livre publié aux Editions Rue du Monde

75 recettes et histoires à savourer.

Ce voyage culinaire propose de découvrir des soupes du monde, classées par pays : le gaspacho andalou, le caldo verde du Portugal, le bortsch russe, etc. A chaque escale, une courte histoire vient illustrer les recettes.

  • A Paris , Georges-Marc Habib , pour la librairie "L'Atelier" nous présente "La Centrale" , un livre de Elisabeth Filhol , publié aux Editions Folio

«Quelques missions ponctuelles pour des travaux routiniers d'entretien, mais surtout, une fois par an, à l'arrêt de tranche, les grandes manœuvres, le raz-de-marée humain. De partout, de toutes les frontières de l'hexagone, et même des pays limitrophes, de Belgique, de Suisse ou d'Espagne, les ouvriers affluent. Comme à rebours de la propagation d'une onde, ils avancent. Par cercles concentriques de diamètre décroissant. Le premier cercle, le deuxième cercle... Le dernier cercle. Derrière les grilles et l'enceinte en béton du bâtiment réacteur, le point P à atteindre, rendu inaccessible pour des raisons de sécurité, dans la pratique un contrat de travail suffit. Ce contrat, Loïc l'a décroché par l'ANPE de Lorient, et je n'ai pas tardé à suivre.»

  • Au Québec , pour la librairie "A Lire" située à Longueuil, Marion Trépanier nous parle de "Grand-Remous" , un livre de Mélanie Tellier , avec des illustrations de Melinda Josie , publié aux Editions Marchand de Feuilles

Cassandre est tombée amoureuse de Duncan, un marin écossais qui a tout le temps faim. Sur le bateau qui l’a mené en Amérique, il a mangé des bœufs entiers, des barils de cornichons, de la confiture, une boite de clous et le drapeau britannique. Dans le petit village de Grand-Remous, où il habite avec sa douce moitié, on le soupçonne même de manger les chats.

Car depuis quelques temps les chats disparaissent. Le persan noir du postier, la chatte d’Espagne de Marie, les deux sphinx de Rodolphe et d’Anette et même le birman de Cassandre. Où se cachent-ils ?

Grand-Remous n’a jamais été aussi sens dessus dessous depuis l’inondation qui a submergé le village autrefois et qui n’a laissé intact que le clocher de l’église.

Les chats rentreront-ils au bercail ?

Grand-remous est une histoire de disparition avec des lys de Pâques, des gâteaux à la betterave, des ancres de bateau et, surtout, des amours félines et rédemptrices.

Les références

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.