Thomas Gunzig , pour "Manuel de survie à l'usage des incapables" , publié aux Editions Au Diable Vauvert .

Manuel de survie à l'usage des incapables
Manuel de survie à l'usage des incapables © Radio France / Thomas Gunzig

Avec ce troisième roman, placé sous l'exergue d’une citation d’Arnold Schwarzenegger, c’est le supermarché, dernier temple du monde moderne, qui a inspiré à Thomas Gunzig son humour ravageur et son sens de l’aventure.

C’est en tout cas le lieu où convergent et se croisent les destins des héros involontaires. Un jeune employé, un assistant au rayon primeur, un baleinier compatissant et quatre frères, Blanc, Brun, Gris et Noir, jeunes loups aux dents longues surentraînés et prêts à tout, vont ainsi se retrouver liés par la conjonction fortuite d’un attentat frauduleux et du licenciement abusif d’une caissière. Leurs aventures burlesques et noires nous emportent dans les sinusoïdes étranges du destin et les lois sévères du mercantilisme contemporain.

Agnès Vannouvong , pour "Après l'amour" , publié aux Editions Mercure de France.

Après l'amour
Après l'amour © Radio France / Agnès Vannouvong

"Héloïse m’appelle « ma belle surprise ». Elle a ses petits trucs, les balades à moto, un parfum addictif, des pièges à filles. Les cloches de l’église Saint-Eustache ponctuent toutes les heures nos étreintes. J’aime caresser la peau, son dos, ses bras durs, le sexe doux sous la langue, les soupirs, les sourires entre les baisers, les rires. Je l’adore et honore son sexe. Un souffle, une parole, un geste provoquent le rapprochement des corps. J’aime notre intimité. Je veux essayer toutes les positions, tous les rythmes. Après les orgasmes, elle se serre très fort contre moi, je suis perdue. M’abandonner serait une aventure, alors je glisse, indéterminée, ouverte à tous les possibles."

__ Lorsque la narratrice se sépare de sa compagne Paola avec qui elle vivait depuis dix ans, sa vie bascule. Collectionnant les amantes, elle part à la recherche effrénée du plaisir et de la jouissance : de Paris à New York, de Rome à Berlin. Pourtant après l’amour, le manque est inéluctable. Dans cette ronde de la séduction, toutes ces Edwige, Garance, Éva, Delphine et autres conquêtes furtives prolongent l’absence de Paola… La rencontre avec Héloïse amorcerait-elle un tournant ?

Eric Emmanuel Schmitt , pour la BD "les aventures de Poussin 1° - T.1" , publié aux Editions Dupuis.

Les aventures de Poussin 1°
Les aventures de Poussin 1° © Radio France / Eric Emmanuel Schmitt

Poussin 1er n'est pas un poussin comme les autres. Avec lui, doutes et questionnements existentiels font leur entrée dans la basse-cour qui l'a vu naître. "Qui es-tu ?" lui demande le chien de la ferme, précipitant sans le savoir Poussin 1er dans un tourbillon d'énigmes sans fin. En cherchant les réponses aux multiples questions qu'il se pose, Poussin 1er bouscule les conventions sociales du poulailler. Avec l'aide de sa tante Gallina et de la souris dévoreuse de livres, Poussin 1er empoigne le réel, au sens propre comme au figuré ! Râleur, bagarreur, parfois de mauvaise foi, Poussin nous touche et nous fait rire !

Et la chronique des libraires:

Laura Sanchez , de La Librairie du Boulevard , à Genève, en Suisse , pour "Les hommes de sable de Choina" , un Beau-Livre de Dominique De Rivaz et Dimitri Leltschuk , publié aux Editions Noir sur Blanc

« Celui qui le peut fuit. Il ne fuit pas la nuit polaire ni le grand froid qui, dès la fin août, durcit le sol et fait geler l’eau du puits. Il ne fuit pas les conserves du magasin de Lioudmila ni l’invariable pain du boulanger. Tout cela est normalno , c’est la province russe. Il fuit le sable. » (Maik Brandenburg)

Suite à leurs voyages dans le Grand Nord russe, les photographes Dominique de Rivaz et Dmitri Leltschuk confrontent leurs regards sur Choïna, un village des rives de la mer Blanche, aujourd’hui envahi par le sable. Lyrique et contemplatif, baigné par la lumière particulière du Nord, Les Hommes de sable de Choïna constitue un témoignage sur les désastres écologiques hérités de l’Union soviétique. En complément des photographies, plusieurs textes de reportage évoquent le destin des habitants de ces lieux reculés, livrés aux forces de la nature, et donnent à penser sur l’immensité du monde.

Manon Trépanier , de la librairie "Alire" , à Longueuil, au Québec , pour "L'orangeraie" , un roman de Larry Tremblay , publié aux Editions Alto

Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi. Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l'ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s'empare de leur enfance et sépare leurs destins. Des hommes viennent réclamer vengeance pour le sang versé. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices. Et tous payeront le tribut des martyrs, les morts comme ceux qui restent. Larry Tremblay frappe encore un grand coup, mais vise cette fois le coeur, laissant au lecteur le soin de départager les âmes pures des fourbes, les fanatiques des héros. Un texte à la fois actuel et hors du temps qui possède la force brute des grandes tragédies et le lyrisme des légendes du désert.

Matthieu Colombe , de la librairie "Goulard" , à Aix-en-Provence , pour "Avenue des géants" , un poche de Marc Dugain , publié chez Folio

Al Kenner serait un adolescent ordinaire s’il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n’était pas supérieur à celui d’Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d’une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l’habite. Inspiré d’un personnage réel, Avenue des Géants , récit du cheminement intérieur d'un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s’illusionne dans les décombres de la guerre du Vietnam.

Annick Dor , à Bruxelles , pour "Un jeune loup bien éduqué" , un livre jeunesse, avec des textes de Jean Leroy et des illustrations de Matthieu Maudet , publié aux Editions L'école des loisirs

Ses parents ont cru bien faire en lui enseignant les bonnes manières : se montrer toujours très poli, respecter en toutes circonstances les dernières volontés d’autrui. C’est pourquoi, chaque fois qu’il attrape une proie, ce jeune loup lui accorde une dernière volonté : le poulet réclame un air de musique, le lapin, une histoire… et tandis que le loup part chercher un livre ou un instrument, hop ! ils filent à l’anglaise. Mais tout change le jour où le loup capture un enfant aussi bien élevé que lui…

.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.