Caroline de Mulder pour"Bye Bye Elvis" auxEditions Gallimard

loi
loi © Radio France / loi

Graceland, 16 août 1977, Elvis Presley disparaît et laisse derrière lui des millions d’adorateurs éperdus. Crépuscule du Roi du Rock. Jusqu’à la fin, la longue fréquentation du désastre ne lui avait pas fait perdre toute sa candeur.

Dix-sept ans plus tard, Yvonne entre au service de John White, un vieil Américain au physique fragile. Elle va passer vingt ans à ses côtés, tissant une relation de dépendance avec cet homme dont elle ne sait rien et qu’elle s’efforce de sauver d’une fin misérable. La vie de White et celle d’Elvis s’entrelacent, dessinant des créatures identiques dans leur difformité et leur isolement. Entre les deux, il est possible qu’un lien existe – à moins qu’ils ne se soient croisés que dans ce roman… Portrait impitoyable et tendre en miroir d’une fiction, Bye Bye Elvis est un roman mélancolique et venimeux, rythmé par une métrique impeccable

Olivier Py pour "Excelsior" , publié aux Editions Actes Sud

py
py © Radio France / py

Réveillé au cœur de la nuit, un architecte s’enfonce en courant dans la ville endormie, traverse les quartiers résidentiels puis commerçants, atteint des espaces en déshérence, sans savoir ce qu’il cherche, sinon un cloître immatériel où trouver l’apaisement. Renommé et comblé d’honneurs, il ne croit plus à la puissance de ses constructions, est écrasé par la vacuité de son œuvre et abhorre les liens qu’entretient la culture avec l’argent, la politique et le pouvoir. Où rencontrer l’Absolu ? En huit étapes d’une crise lancinante, il lui faut traverser les cercles du désespoir, affronter les visages de l’illusion, mettre à l’épreuve les masques qui l’attirent et connaître les renoncements qui l’illuminent.

Excelsior : le très haut, le plus haut. Paradoxe d’un roman en quête d’une spiritualité sans dogme. Car Olivier Py ne convoque nul Dieu, n’invoque nul Éros, mais accompagne l’homme dans une douloureuse et intransigeante mise à nu de la vie intérieure.

Roman aux limites de la méditation, poétique de l’attente et de la révélation, ce texte altier n’a pas d’autre sujet que l’humain, le désir de transcendance et la nécessité de la beauté, dont l’Art scarifie en nous la fugitive et bouleversante expérience.

Et un entretien avec Marcel Gotlib pour "J'existe, je me suis rencontré" , publié aux Editions Dargaud et "Gotlib et toutes ces sortes de choses..." , publié aux Editions Fluide Glacial

A l'occasion de la grande exposition Les Mondes de Gotlib qui s'est tenu au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme, Dargaud réédite dans une version augmentée et enrichie de nombreuses illustrations la superbe autobiographie de ce génie de la bande dessinée franco-belge qui, d’ailleurs, fêtera ses 80 ans le 14 juillet 2014. Un livre formidable, drôle, tendre et poignant, dans lequel l’auteur de la Rubrique-à-Brac et le cofondateur du magazine Fluide glacial se raconte avec talent.

gotlib
gotlib © Radio France / gotlib
go
go © Radio France

Après avoir été un des piliers du journal Pilote aux côtés de Goscinny, puis après avoir participé à la création de l'Echo des Savanes, Gotlib monte en avril 1975 son propre journal, avec le succès qu'on connaît. Ainsi est né Fluide Glacial. Ce livre raconte cette belle histoire, en se focalisant sur l'oeuvre de Gotlib (BD, dessins, éditos, inédits, et beaucoup d'autres choses).

Et les chroniques des libraires:

Deborah Damblon , de la librairie "La Licorne" , à Bruxelles , pour "La seconde vie d'Abram Potz" , un poche deFoulak Ringelheim , publié auxEditions Espace Nord .Abram Potz est un psychanalyste juif et, surtout, un vieillard épuisé. Il observe avec amertume la répulsion que sa simple vue suscite. Pour se venger, il décide de devenir le doyen des tueurs en série et se lance en claudiquant dans une carrière d'assassin. Ses confessions sont une plongée dans les affres de la vieillesse.

Grégoire Courtois , de la librairie "Obliques" , à Auxerre , pour"Bain de lune" , un roman de Yanick Lahans , publié chez Sabine Wespieser Editeur Un pêcheur découvre, échouée sur la grève, une jeune fille qui semble avoir été agressée. La saga familiale dont elle est l'héritière remonte sur trois générations. Les Lafleur et les Mésidor vivent dans un petit village d'Haïti. Les deux clans se détestent et pourtant lorsque Tertulien Mésidor rencontre Olmène Dorival, petite-fille d'un Lafleur, l'attirance est réciproque.Jérome Lanie l, de la librairie "Carcajou" , à Rosemère, au Canada , pour"Michel Risque - L'INTEGRALE VOLUME 1" , une bande dessinée de Réal Godbout et Pierre Fournier , publié aux Editions La Pastèque Créé en 1975 dans les pages de La Barre du jour, Michel Risque est le premier héros moderne de la bande dessinée québécoise.Nous poursuivons un important travail patrimonial en publiant en mai prochain le premier volume de l’intégrale de Michel Risque. Sur la table de travail depuis 3 ans maintenant, ce livre voit enfin le jour dans sa forme la plus aboutie.Le premier volume regroupe la majorité des planches inédites du tandem Godbout-Fournier ainsi que les deux premières aventures: Le savon maléfique et Michel Risque en vacances. 192 pages de bandes dessinées, dans une maquette exceptionnelle réalisée par Feed. Le deuxième et dernier volume sortira l’an prochain.Laura Sanchez , de "La librairie du Boulevard" , à Genève , pour "Saintes colères" , un essai de Jérôme Meizoz , publié aux Editions D'Autre Part .Il y a le romancier, le professeur de littérature. Il y a aussi le citoyen, l’intellectuel agissant et engagé: c’est ainsi que Jérôme Meizoz entrevoit son «être au monde». Il rassemble ici dix-sept plaidoyers pour la tolérance, l’ouverture au monde, contre les dérives identitaires et la morgue des nantis. Ces saintes colères sont une sorte d’Indignez-vous à la sauce helvétique

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.