Catherine Fuchs, Philippe Besson, Heidi Aouidj et Léna Mauger pour le n°37 de la revue XXI, "Vivre en guerre"

Il y a quelque chose de pourri au royaume du commerce international… Révoltée, combative, Carmen Berger prépare, avec son ONG Terra Nostra, un rapport qui dénonce les agissements de la Pormaco. Basée à Zoug, la société exploite une mine de cuivre au Zamanga, fictif petit pays d’Afrique qui prend valeur d’exemple. Corruption, optimisation fiscale, dégâts sociaux, sanitaires et environnementaux: Catherine Fuchs signe un roman glaçant et très documenté sur les pratiques des multinationales, dévoilées au fil d’une intrigue rondement menée.

La poétesse et romancière genevoise situe La Tête dans le sable dans la ville du bout du lac, où se déroule tambour-battant le quotidien de Carmen, entre une fille ado avec laquelle les relations ne sont pas simples, un ex-mari qui refait sa vie, les contacts de son ONG avec l’Africain Samuel confronté à des intimidations sur le terrain, mais aussi avec la Pormaco et son armada d’avocats… Si la battante est familière de ces défis, elle sera en revanche perturbée par la rencontre aussi imprévue qu’étonnante avec le beau Michael, employé de la multinationale visiblement sous le charme de la cinquantenaire.

Se lier à l’ennemi? D’ailleurs, n’est-il pas un leurre, un piège tendu par la Pormaco? Comment faire confiance à cet hédoniste qui ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes? Le doute plane, l’austère et droite Carmen résiste. Mais le désir n’a cure des principes, des valeurs et de l’éthique sociale…

Saluons le rythme du roman, tenu, alerte, ainsi que son sujet. Catherine Fuchs abordant de manière vivante et limpide des enjeux peu visibles en littérature. Et pour cause: l’exercice est difficile, qui court le risque du didactisme et du trop explicite, malheureusement pas toujours évités ici.

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.

Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.

  • Heidi Aouidj et Léna Mauger, pour le n°37 de la revue XXI, "Vivre en guerre", publié aux Éditions Glénat

Aloïs Brunner, le « meilleur homme » d’Adolf Eichmann, a vécu quarante ans en Syrie à l’ombre de la dictature du clan Assad. Pour prix de sa protection, l’ancien ingénieur nazi de la « solution finale » a transmis son « savoir-faire ». Ce pacte de sang noué dans les années 1960 a survécu à sa mort.

Le choix des libraires :

  • Un coup de cœur de Laura Sanchez, de La Librairie du Boulevard, à Genève, en Suisse, pour « Fourru bourru », un livre jeunesse d’Etienne Delessert, publié aux Éditions MeMo

Dans un hêtre millénaire du jardin vit un ours solitaire. Il fait tinter les grelots de son chapeau fourré. Bientôt, des animaux s’y réfugient, s’y posent et y font leur nid. Le chapeau tangue bien un petit peu, mais chacun trouve sa place. Quand un orage survient, tous s’entraident. L’eau tombe en déluge des mois durant, recouvrant tout, sauf l’arbre millénaire, qui fait des kilomètres de haut. Tous attendent que le son des grelots retentisse à nouveau…

  • Un coup de cœur d’Annick Dor, de La Librairie de La Mazerine, à La Hulpe, en Belgique, pour « L'odeur de la forêt », un roman d’Hélène Gestern, publié aux Éditions Arléa

Historienne de la photographie, Elisabeth Bathori tombe par hasard sur les lettres et l'album photo d'Alban de Willecot, un lieutenant mort au front en 1917. Se prenant d'affection pour lui, elle se lance à la recherche de Diane, dont Alban était follement amoureux, et scrute chacun des clichés pris au front, devinant derrière ces visages souriants une véritable tragédie.

  • Un coup de gueule de Matthieu Colombe, de La Librairie Goulard, à Aix-en-Provence

Le travail de relecture dans les maisons d’éditions de plus en plus léger qui voit la parution de livre avec des coquilles voire des fautes d’orthographe.

  • Un coup de gueule de Jérémy Laniel, de La Librairie Carcajou, à Rosemère, au Canada, sur certains essais

Les livres de remise en forme et régime après les fêtes de Noël

Programmation musicale :

  • Baloji - Spolier - Bella Union / Pias

  • Catherine Ringer - Le vent - Delabel

  • Juliette Armanet - L'amour en solitaire - Barclay

  • Harry Belafonte - Merci bon dieu (from the haïtan suite) - RCA-Legacy (Bonus Crélole)
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.