A l'occasion de la Foire du livre de Bruxelles, cette semaine, la Librairie Francophone reçoit:

  • Jean Dufaux pour ses bandes dessinées historiques Murena, Conquistador , Barracuda et la reprisedu scénario de la série Blake et Mortimer .
murena
murena © Radio France / murena

R ome n’est plus que cendres sur lesquelles Néron rêve de reconstruire une cité à sa démesure. Mais avant de s’atteler à cette tâche, le démiurge doit apaiser la colère de son peuple et lui offrir un coupable. « Du sang et des jeux », telle est la devise romaine à laquelle la communauté juive de la capitale va être sacrifiée. Un nouveau cycle de Murena commence.

lamarche
lamarche © Radio France / lamarche

«Mes tympans se sont mis à siffler, mon cerveau à bouillir, je ne parvenais plus à penser qu’à une seule chose, qui ne me servait strictement à rien à cet instant. Je me suis souvenue de ce que m’avait dit le commissaire de police qui recueillait ma plainte. Il m'avait posé une question qui m’avait plongée dans la confusion la plus grande. J’avais répondu – on répond toujours à un commissaire – quelque chose que je dirai peut-être un jour. Il m’avait dit alors que je devais le taire, que cela resterait entre lui et moi, car si je le disais, cela me desservirait au tribunal . Allais-je donc passer au tribunal? Je ne comprenais pas. Le criminel c’était l'autre, non? Ou moi?»

faire le choix
faire le choix © Radio France

Difficile à croire, mais le bonheur est un choix ! Même par les temps qui courent, on peut décider de vivre mieux, en paix, en cohérence avec soi-même, selon ses propres critères, en harmonie avec les autres et, finalement, en accord avec la vie comme elle est. Pleine d'embûches et aléatoire.Le bonheur est dans nos mains, bien plus qu'on ne le croit !Crise ou non, nous pouvons tous nous redresser, relever la tête et prendre notre destin en main. Mais pour cela, nous devons prendre conscience de ce qui nous empêche d'être heureux et nous avons des choix à faire. Et parfois, un certain prix à payer : ça aussi c'est un choix ! Tout choix implique une décision et la compréhension des enjeux, des avantages et des inconvénients. En matière de bonheur, ces décisions sont difficiles parce que les enjeux sont flous, multiples, complexes et parfois imprévisibles.

schmitt
schmitt © Radio France / schmitt

Sur les rives d’un lac du New Jersey, deux excentriques se rencontrent et sympathisent. L’un est Albert Einstein ; l’autre est un vagabond en rupture avec la société.

À ce confident de hasard, Einstein expose son dilemme. Pacifiste militant, il connaît les conséquences terrifiantes de ses travaux théoriques et craint qu’Hitler et les nazis ne fabriquent la première bombe atomique. Devrait-il renier ses convictions et prévenir Roosevelt, afin que l’Amérique gagne la course à l’arme fatale ? Quel parti prendre alors que le FBI commence à le soupçonner, lui, l’Allemand, le sympathisant de gauche… le traître peut-être ?

Dans cette comédie intelligente et grave, drôle parfois, Eric-Emmanuel Schmitt imagine le conflit moral d’un homme de génie, inventeur malgré lui de la machine à détruire le monde.

Et les chroniques des libraires:

Deborah Danblon , de la librairie"La licorne" , à Bruxelles , pour "Profiling: Comment le criminel se trahit" , un essai de Danièle Zucker , publié aux Editions Racine.

e profiling criminel est une méthode d'investigation encore largement méconnue en Europe ; elle est pourtant appliquée avec succès depuis quarante ans en Amérique du Nord.Ce livre décrit de manière claire et détaillée les concepts et le fonctionnement du profiling. Il détaille le processus de recherche des indices qui vont trahir les coupables et accroître ainsi les probabilités de les démasquer. Il guide pas à pas le lecteur dans les méandres du processus d'élaboration du profil d’un criminel. Il explore également l'univers spécifique des psychopathes, des sadiques, des tueurs en série, des violeurs et des pédophiles.Étayé par de nombreux exemples, l'ouvrage de Danièle Zucker s'adresse à un large public. Les esprits curieux prendront conscience des mythes et fantasmes qui entourent le travail du profiler. Ceux dont la lourde tâche consiste à juger ou évaluer des criminels devraient y trouver de quoi nourrir leur réflexion, voire leur pratique.Plus largement, cette plongée dans la part la plus obscure de l'être humain pose la question de la façon dont notre société appréhende la criminalité.

Nathalie Romanens , de la librairie"Des livres et moi" , à Martigny, en Suisse , pour"Oh...", un poche de Philippe Djian , publié aux Editions FolioDécembre est un mois où les hommes se saoulent - tuent, violent, se mettent en couple, reconnaissent des enfants qui ne sont pas les leurs, s'enfuient, gémissent, meurent... "Oh..." raconte trente jours d'une vie sans répit, où les souvenirs, le sexe et la mort se court-circuitent à tout instant.

Stéphane Rivard , de la librairie "Raffin" (Plaza Saint Hubert), à Montréal, au Québec , pour "La Collectionneuse" , une bande dessinée de Pascal Girard , publié aux Editions La Pastèque.

Voici le grand retour du dessinateur névrosé et maladroit! Le pauvre Pascal vient de se faire larguer par sa blonde et squatte une chambre chez un couple d’amis. Indifférent au dessin, en manque de sérotonine, incapable de courir à cause d’une entorse lombaire, il retourne sur les chantiers comme apprenti-ferblantier. Bref, l’heure est au bilan.

Pascal a beau faire des plans et vouloir atterrir sur ses pieds, une rencontre fortuite avec une cleptomane de livres transforme notre antihéros en Sherlock Holmes de fortune...

Grégoire Courtois de la librairie "Obliques" à Auxerre, pour "La théorie de la vilaine petite fille" un roman d'Hubert Haddad , publié aux Editions Zulma.

« Mister Splitfoot, si tu y es, frappe deux fois ! » Qui se souvient de l’incroyable destin des sœurs Fox, ces deux fillettes de l’Amérique puritaine qui, par une nuit de mars 1848, en réponse aux bruits répétés qui secouent leur vieille ferme, inventent le spiritisme comme on joue à cache-cache ? Kate, d’abord, sorte d’elfe à la fois espiègle et grave, pleine de fantaisie et de mystère, Margaret, fascinée par la médiumnité de sa petite sœur, et enfin Leah, de vingt ans leur aînée, qui, avec l’aide d’hommes d’affaires de Rochester et de financiers de Wall Street, rêve de fonder un empire à partir de ce nouveau jeu de société un rien macabre…

AvecThéorie de la vilaine petite fille , Hubert Haddad revisite magistralement, dans un style ample et endiablé, un demi-siècle de la folle Amérique, celle du libéralisme naissant, des sectarismes et de toutes les utopies. Il nous offre un roman facétieux, jubilatoire, émouvant, dont on ressort étourdi et joyeux comme d’une baraque de train-fantôme, avec en tête la ritournelle d’un negro spiritual ou d’un vieux folksong .

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.