Depuis, le salon du livre de Montréal avec:

Katherine Pancol, invité d'honneur du salon pour un entretien sur le succès littéraire.

muchachas
muchachas © Radio France

Katherine Pancol s'est imposée comme un auteur à succès dès son premier roman (Moi d'abord ). Avec la série Les yeux jaunes des crocodiles, La valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi , elle est devenue un des plus grands phénomènes d'édition des dix dernières années en France (plus de 6 millions d'exemplaires vendus !) et dans le monde (elle est traduite dans 29 pays dont les Etats-Unis). Aujourd'hui, un coffret regroupe les 3 tomes de la série Muchachas dans une nouvelle édition.

Michel Tremblay , pour "Survivre! Survivre!" , son dernier roman publié auxEditions Leméac / Actes Sud

tremblay
tremblay © Radio France

Dans cette éblouissante chronique de septembre 1935, le « monde » de Michel Tremblay vit des heures émouvantes, encore et encore et encore. Heures glorieuses et tragiques avec Ti-Lou et Édouard en duchesse, un duo coloré dont les échanges pétillants cachent des douleurs indissolubles, même sous le parfum du gardénia. Heures crépusculaires et sombres avec Victoire et Télesphore au fond de la ruelle des Fortifications, entre Josaphat et Laura Cadieux, sa fille infortunée qui veut à tout prix retrouver sa mère, Imelda Beausoleil. Cette chronique de résiliences, si elle ouvre les tiroirs des vies difficiles et désenchantées du monde ordinaire, fait voir aussi des existences qui s’accommodent du bonheur qui passe, toujours trop vite et presque trop tard : Tititte et le docteur Woolf au restaurant du neuvième étage d’Eaton ; Théo au cinéma avec la belle Fleurette ; Maria l’impétueuse en voyage à Québec avec Fulgence. Ah ! Maria… se laisser aimer pourrait-il devenir une façon de survivre à son incurable mal de vivre ? Ah ! Ti-Lou… que faire de ses cinquante paires de souliers kitsch, maintenant qu’elle n’a plus qu’une jambe ? Oh ! Édouard… réussira-t-il ou ratera-t-il son entrée au Paradise, déguisé en femme pour la première fois et aspergé de gardénia ? Ah ! Teena… pourra-t-elle supporter son fils Ernest qui débarque chez elle sans prévenir ? Comment survivre ? se demandent tous ces personnages, aux prises avec les situations inextricables des âges de la vie, le cycle des illusions perdues et des rêves oubliés. Victoire, dans un aveu terrible, résume ainsi son exaspération et sa désespérance : « Chus tannée ! M’entends-tu ? Chus tannée ! J’en ai assez ! De toute ! Pas juste de toé ! De moé, aussi ! Du maudit appartement ! De la maudite job de concierge ! T’es juste un paresseux, Télesphore ! T’es pas un poète, t’es pas un rêveur, t’es un sans-cœur ! »

Denise Bombardier , pour "Le Dictionnaire amoureux du Québec" , publié aux Editions Plon

dictionnaire
dictionnaire © Radio France

Descendants des aventuriers français qui ont débarqué en Nouvelle-France au XVIe siècle, les Québécois ont dompté un pays de démesure, de froid et d'espace. Ni Français, ni américains, plus tout à fait Canadien, ils vivent au canada et ont un esprit nord-américain, tout en restant très attachés à leurs racines, en particulier grâce à leur langue, truffée de néologismes, d'anglicismes et d'ancien français. Défi permanent à l'uniformisation du continent nord-américain, ce peuple minoritaire a su faire preuve de modernité par ses réalisations politiques, économiques et culturelle. Denise Bombardier met dans ce Dictionnaire amoureux tout son énergie au service de notre découverte de cette terre de contrastes.

Patrick Sénécal et Tristan Demers , pour"Sale Canal" , publié aux Editions VLB

canal
canal © Radio France

Amis dans la vie, le bédéiste Tristan Demers et l'auteur de suspense Patrick Senécal unissent leurs forces dans Sale canal! , une bande dessinée racontant la vie dans une station de télévision de seconde zone. Catherine Perrin reçoit les deux créateurs. Née au fil de repas et d'apéros amicaux, Sale canal! joue sur plusieurs registres. « Des fois, c'est une charge. Des fois, c'est juste de l'absurde », indique Patrick Senécal, scénariste de l'aventure. Il reconnaît qu'une telle collaboration demande plus de travail de la part du dessinateur. « Du fait de travailler avec des enfants, j'ai un côté un peu plus hop-la-vie . J'anticipe la fête, quitte à être déçu, parfois », dit Tristan Demers au sujet des apports créatifs de chacun.

Et les chroniques des libraires :

Déborah Damblon , de la librairie « La Licorne », à Bruxelles , pour « Sorcières-sourcières – vol 1, le mystère du jeteur de sort » , un livre jeunesse de Joris Chamblain avec des illustrations de Lucile Thibaudier , publié chez Kennes Editions

Pamprelune est un petit village où tous les habitants sont des sorciers et des sorcières et où magie et sortilèges font partie du quotidien. Quand trois fillettes sont victimes d’un mystérieux jeteur de sorts, tous les regards se tournent vers celle qui a toutes les raisons de leur en vouloir : Harmonie. Elle va tenter de démasquer la personne qui a jeté un mauvais sort à trois autres petites sorcières qu'elle avait, pour rire, menacées de transformer en citrouilles.

Manon Trépanier , de la librairie « Alire », à Longueuil, au Québec , pour « B.E.C, blonde d’entrepreneur en construction » , un roman de Suzanne Myre , publié aux Editions marchand de feuilles

«Mon entrepreneur à moi, il lit de vrais livres, parfois au complet, sait cuisiner un délicieux saumon en papillote, passe l'aspirateur sous son lit, lave ses draps aux deux semaines et fait du jogging en écoutant sur son iPod de vieilles émissions radiophoniques. Parce que oui, il se tient en forme et court, pas seulement autour du pâté de maison mais jusqu'au chantier le plus près (à 12 kilomètres), comme s'il s'en ennuyait ou qu'il craignait qu'il ne s'effondre pendant les week-ends. Ça lui fait des cuisses d'enfer alors ça vaut le coup de laisser l'œil se promener par-delà le mollet ; l'ascension du regard n'est pas (encore) interrompue par un monticule abdominal disgracieux. Bien entendu, cela met en relief ma paresse personnelle quant à la nécessité d'entretenir aussi régulièrement que lui mon corps guetté par la dégradation mais comme j'aspire à une vieillesse sereine où je me laisserais ratatiner avec sérénité, je compense en musclant mon cerveau par des prouesses cruciverbistes qui le rendent jaloux, lui qui est même incapable de repérer un seul mot dans la grille des mots mystère. À chacun ses talents.» Histoire d'amour qui nous fait voyager tant au Mexique que dans les routes en lasso de la géographie du cœur ce roman raconte les couples qui se font et se défont, ceux que nous voudrions devenir, ceux que nous ne serons jamais, ceux que nous deviendrons peut-être. Désabusé et sans dévotion ce roman en clair-obscur est à la fois triste et drôle, lyrique et hérissé.

Nathalie Romanens , de la librairie « Des livres et moi » , à Martigny, en Suisse, pour « Nos gloires secrètes », un poche de Tonino Benacquista , publié aux Editions Folio

Après avoir exercé divers métiers qui ont servi de cadre à ses premiers romans, Tonino Benacquista construit une œuvre dont la notoriété croît sans cesse. Après les intrigues policières de La maldonne des sleepings et de La commedia des ratés, il écrit Saga qui reçoit le Grand Prix des lectrices de Elle en 1998, et Quelqu’un d’autre, Grand Prix RTL-Lire en 2002. Nos gloires secrètes, recueil paru en 2013, a reçu le Prix de la Nouvelle de l’Académie française 2014.

Scénariste pour la bande dessinée (L’outremangeur, La boîte noire, illustrés par Jacques Ferrandez) il écrit aussi pour le cinéma : il est coscénariste avec Jacques Audiard de Sur mes lèvres et de De battre mon cœur s’est arrêté, qui leur valent un César en 2002 et 2006. Malavita (2004) a été adaptée au cinéma en 2013 par Luc Besson avec Robert de Niro, Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones dans les rôles principaux.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.