Giuseppe Santoliquido, Négar Djavadi et Alain Chamfort

  • Giuseppe Santoliquido, pour "L'inconnu du parvis", publié aux Éditions Genèse

Les franges d’une ville, ruelles pleines d’ombre, friches industrielles, vert délavé du canal sur lequel glissent imperturbables les péniches. Là, vit Antoine Comino, garagiste, dans le calme plat de la routine. La découverte au point du jour d’un cadavre, gisant sur le parvis de la mairie, va bouleverser le train-train du garagiste. Les enquêteurs, qui concluront au suicide, ne disposent que d’un seul indice pour renouer le fil des événements : le véhicule avec lequel la victime s’est rendue sur les lieux du drame. Antoine Comino, qui a eu cette voiture en main, est alors taraudé par une question : pourquoi cet homme a-t-il mis fin à ses jours ? Il ne veut pas s’en tenir aux apparences. « Il y a dans le geste de ce pauvre bougre quelque chose qui relève du mal du monde », pressent-il. Et de se lancer sur les traces de l’inconnu du parvis.

  • Négar Djavadi, pour "Désorientales", publié aux Éditions Liana Levi

Kimiâ Sadr, née à Téhéran puis exilée en France, suit un protocole d'insémination artificielle pour avoir un enfant avec son amie, Anna. Dans la salle d'attente, elle se remémore ses souvenirs, sa famille, ses parents, opposés aux différents régimes en place. Un récit qui évoque l'Iran des années 1970, la France d'aujourd'hui, l'exil, l'homosexualité, l'identité et la transmission.

  • Alain Chamfort pour "Intime: anti-biographie musicale", publié aux Éditions du Cherche Midi

Je suis pudique – c’est mon éducation –, je ne me déboutonne pas à l’envi, disons que ma nature est réservée. On m’a souvent reproché de cacher ou de voiler mes sentiments. Peut-être que, pour part, ils s’expriment dans ma musique. Si je me décide aujourd’hui à me livrer par l’écriture, alors que je cultive la discrétion depuis tant d’années, c’est qu’il me faut risquer les profondeurs avec ravissement, à croire que mes blessures aiment à sourire devant la gravité.

Le choix des libraires:

  • Un coup de gueule de Sophie Creuz, de La Librairie Graffiti, à Waterloo, sur "Lettres à Anne (1962-1995)", une correspondance de François Mitterrand, publié aux Éditions Gallimard

En 1962, un homme politique français de quarante-six ans rencontre à Hossegor, chez ses parents, une jeune fille de dix-neuf ans. La première lettre qu'il lui adresse le 19 octobre 1962 sera suivie de mille deux cent dix-sept autres qui se déploieront, sans jamais perdre de leur intensité, jusqu'en 1995, à la veille de sa mort.

Les lettres de celui qui fut deux fois président de la République nous dévoilent des aspects totalement inconnus d'un homme profondément secret que chacun croyait connaître.

Deux lettres, parmi des centaines, témoignent de la constance de cet amour.

  • Un coup de gueule de Jérémy Laniel, de La Librairie Carcajou, à Rosemère, au Canada sur Les Mécontents de l’attribution du Nobel de Littérature à Bob Dylan

  • Un coup de cœur de Grégoire Courtois, de La Librairie Obliques, à Auxerre, pour "Après quoi tu cours ? Enquête sur la nature humaine", un essai de Jean-François Dortier, publié chez Sciences Humaines Editions

Le « running boom » est un phénomène planétaire : aujourd'hui, nous sommes des millions à courir dans le monde entier. Mais pourquoi courons-nous tous ? Quelles sont les motivations fondamentales qui guident nos comportements ? Les questions les plus simples sont parfois les plus redoutables.

  • Un coup de cœur de Laura Sanchez, de La Librairie du Boulevard, à Genève, en Suisse, pour « Encore des nouilles », un poche de Pierre Desproges, publié aux Editions Points

Fin gourmet et grand amateur de vins, Pierre Desproges fut aussi, on l’ignore parfois, l’auteur de chroniques culinaires, “Encore des nouilles”, publiées dans Cuisine et Vins de France.

Loin des standards de la presse gastronomique, Desproges ne délaye rien de sa verve ni de sa fantaisie dans la sauce. Il évoque de son style étincelant de drôlerie et d’intelligence la cuisine italienne au Québec, les vins de Sardaigne et les femmes, l’amour, la vie…

Desproges transforme ainsi une tartine de pâté, la misogynie au restaurant, des recettes insolites, absurdes, ou un quignon de pain pour saucer l’assiette en chroniques gouleyantes !

Rassemblées pour la première fois en volume, accompagnées de textes qui ont trait à la cuisine, même d’une recette familiale inédite, ces chroniques sont illustrées par Cabu, Catherine, Charb, Luz, Riss, Tignous et Wolinski.

La programmation musicale:

  • PNL - Dans la légende - QLF Records

  • Jacques - Dans la radio - Pain Suprises Records

  • Alain Chamfort - A la droite de Dior - Believe

  • Belo - Lakou tankil - Aztec Musique

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.