Cette semaine, La Librairie Francophone , depuis leSalon du Livre de Paris!

Zep , invité d'honneur du Salon du Livre de Paris , pour les 20 ans de la série Titeuf, le tome 13 "Titeuf - A La Folie!", publié aux Editions Glénat et pour sa participation à "La Galerie des Illustres" pour les 75 ans de Spirou.

A la folie
A la folie © Radio France / Titeuf

Hé, vous savez quoi ? Dans l’école de Titeuf, paraît qu’il y a une nouvelle ! Paraît qu’elle est super grande et qu’elle s’appelle Ramatou. Elle parle pas très bien français, c’est parce qu’elle vient du Brougalistan ou un truc comme ça ! Et paraît que les soldats ont massacré toute sa famille… Paraît aussi que Titeuf pense tout le temps à elle !

Mais est-ce qu’une fille sera vraiment capable supporter les battles de bulles de morve et les blagues à base de crottes de chien de Titeuf et ses copains ? Ce serait oublier que Titeuf, c’est carrément le lover de la récré !

Voici enfin le nouvel album du gamin le plus célèbre de la bande dessinée ! Zep nous propose une rafale de gags toujours entre grands éclats de rire et zeste de tendresse...

Enfants et parents vont s'en donner à cœur joie dans cet album irrésistiblement drôle et touchant.

Grégoire Delacourt pour son roman "La première chose qu'on regarde" , publié aux Editions Jean-Claude Lattès.

La première chose qu'on regarde
La première chose qu'on regarde © Radio France / Grégoire Delacourt

Le 15 septembre 2010, Arthur Dreyfuss, en marcel et caleçon Schtroumpfs, regarde un épisode des Soprano quand on frappe à sa porte. Face à lui : Scarlett Johansson. Il a vingt ans, il est garagiste. Elle en a vingt-six, et elle a quelque chose de cassé.

Atiq Rahimi et Zoé Valdés , à l’occasion de la « Semaine de la langue française et de la Francophonie ». Un entretien croisé autour de l’attrait des auteurs et des artistes étrangers pour la langue française

francphonie
francphonie © Radio France / Culture

Du 16 au 24 mars 2013, la Semaine de la langue française et de la Francophonie sera le rendez-vous des amoureux des mots avec plus de 2000 manifestations organisées en France comme à l'étranger. Elle offrira au grand public l'occasion de fêter la langue française en lui manifestant son attachement et en célébrant sa richesse et sa diversité.

Et les chroniques des libraires:

Manon Trépanier , de la librairie "Alire" , à Longueuil, au Québec , pour "La collection des beaux-arts de Montréal" un livre de Rosalind Pepall et Dianne Charbonneau , publié aux Editions Musée des beaux Arts de Montréal.

Ce livre présente la collection d'arts décoratifs et de design du Musée, l'une des plus importantes en Amérique du Nord. Ceux qui ont déjà eu l'occasion de voir cette collection dans les salles du Musée pourront en approfondir ici leur connaissance, à travers l'étude détaillée de ses œuvres majeures. Et pour ceux qui n'en sont pas familiers, ce beau livre sera une excellente introduction aux grands domaines des arts décoratifs et du design représentés dans la collection: l'art du verre, l'ébénisterie, les textiles, l'orfèvrerie et la céramique, et aussi, à une époque plus récente, le papier, les plastiques et les nouvelles matières composites.

Annick Dor , à Bruxelles , pour "Les impunis" , un polar d'Olivier Webert , publié aux Editions Robert Laffont .

Les Khmers rouges ont régné sur le Cambodge de 1975 à 1979. À cette date, une partie d'entre eux ont dénoncé leurs chefs et négocié financièrement leur liberté. En échange de quoi, ils ont créé dans le nord du pays la « zone de Pailin », l'état de non-droit des anciens Khmers rouges ; ils n'ont jamais été jugés ni inquiétés. Olivier Weber, non sans risques, enquête dans ce sous-royaume dirigé par d'anciens Khmers rouges et leurs complices et dont le maître est un ex-garde du corps de Pol Pot. Casinos, bordels, trafic de rubis, ils ont construit un état mafieux ou une mafia-état ou chacun sait qui sont les anciens bourreaux qui ont su se reconvertir. Comme souvent dans les zones de « post-conflit » se mêlent les victimes et ceux qui les ont traquées. Ici comme naguère, les relations humaines s'établissent dans la terreur ; ici on boit des bières entouré d'hommes qui ont broyé, torturé, enfermé leurs compatriotes avant de terroriser leur descendance. Dans cette enclave sans frontière, les tortionnaires d'hier ont acheté la paix en installant une des chambres de compensation des mafias d'Asie. Des millions de dollars gonflent ainsi la masse des deux mille milliards de dollars illicites qui circulent chaque année dans le monde. Recyclage des consciences, recyclage de l'argent sale. La nouvelle banalité du mal, que n'ont pas atteint les récents procès politiques qui se sont déroulés au Cambodge, se situe aussi dans cette criminalité organisée sur laquelle le monde ferme les yeux

Damien Malfait , de La librairie du Boulevard , à Genève, en Suisse , pour "J'aime ce qui vacille" , un roman de Rose-Marie Pagnard , un roman publié aux Editions Zoé.

Comment les parents de la jeune Sofia retrouveront-ils la force de vivre après sa mort ? Illmar, le père, lance alors le projet d’un bal qui réunira tous les habitants de la tour où il vient d’emménager avec sa femme – comme si les vies apparemment ordinaires de leurs voisins allaient les aider à comprendre le drame de Sofia et peut-être les sauver des eaux noires du chagrin. Mais tel un reflet du monde, la tour se révèle être un empilement de vies vacillantes, de destins tous farouchement tendus vers la douceur et la joie intérieure.

Grégoire Courtois , de la librairie "Obliques" à Auxerre , pour "Mouton" ; un album jeunesse de Zeina Abirached , publié aux Editions Cambourakis.

Mouton reprend la trame d’un court métrage d’animation produit aux Arts Décoratifs de Paris, et sélectionné dans de nombreux festivals internationaux.

Quel enfant n’a pas un jour bataillé contre sa propre chevelure, ou subit les ravages d’un coiffeur sadique ?

Avec humour et tendresse, Zeina Abirached décrit une lutte engagée dès sa plus tendre enfance pour domestiquer la bouillonnante masse bouclée qui encadre son visage.

L’épreuve du shampooing, de la brosse, des ciseaux maladroits du coiffeur… Ruban, turban, chapeau : la petite fille tente toutes les stratégies pour rendre plus discret cet affreux mouton qui a élu domicile sur sa tête !

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.