Avec Sylviane Châtelain, Philippe Besson, Richard Bohringer et Jocelyne Saucier.

Sylviane Châtelain, pour« La Boisselière », publié auxEditions Bernard Campiche

La boisselière
La boisselière © Bernard Campiche éditeur

Un vieux château au cœur de la forêt, ancienne maison de retraite, perd ses pensionnaires, son personnel, sa mémoire, dans une ambiance de fin du monde. Il reste cependant pour ceux qui s'y trouvent un lieu de paix, une protection contre le monde qui l'assiège. Mais de mystérieux réfugiés apparaissent dans la région, fuyant on ne sait trop quel sinistre. Ils demandent l'hospitalité, certains repartent, d'autres s'installent. De nouveaux liens se créent, se désintègrent, inquiètent. Un drame menace, que tout le monde perçoit sans pouvoir le cerner. Quelque chose va se passer, le lecteur le devine, mais où, quand, et qui en seront les protagonistes, les victimes? Tout fuit, tout se délite, tout menace dans le nouveau roman de Sylviane Chatelain, La Boisselière . Un monde éclaté nous vient à travers une femme âgée qui perd la mémoire, à travers de vieux journaux intimes abandonnés... Est-on dans l'avenir? Dans un pays incertain? Dans une vision déformée de la réalité que produirait la peur de l'autre et du monde extérieur? Pour créer son roman fascinant, Sylviane Châtelain procède par touches, allusions, évocations, laissant le lecteur combler les vides de son récit. Du grand art.

Philippe Besson, pour« Vivre vite », publié auxEditions Julliard

Vivre Vite
Vivre Vite © Julliard

"Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain... " Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne : un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle."

Richard Bohringer, pour« Les nouveaux contes de la cité perdue » , publié aux Editions J’ai lu.

Les nouveaux contes de la cité perdue
Les nouveaux contes de la cité perdue © J'ai lu

Des personnages attachants et magnifiques se retrouvent au comptoir du Bout du Monde, le bar de la 300ème Rue où se croisent ceux qui voudraient que la vie les fasse encore rêver et leur donne envie de l'aimer. Il y a là John, marié deux fois et deux fois abandonné. Ce n'est pas son vrai prénom mais certains soirs il préfère s'appeler John pour voir si ça fait revenir l'amour. Il y rencontre Solange qui vit sans sexe et sans petit ami. Sauf lorsqu'elle devient Betty, Betty qui aime l'amour et les hommes. Avec Paulo, ils ont en commun un immense savoir de l'ivresse, un dégoût du monde d'aujourd'hui voué au culte de l'argent, bouffi d'orgueil et de préjugés. Ensemble ils vont prendre la route pour conquérir de nouveaux territoires à l'abri des vanités et des malveillances de l'ancien monde.

Jocelyne Saucier , pour « Il pleuvait des oiseaux » , publié aux Editions Folio

Il pleuvait des oiseaux
Il pleuvait des oiseaux © Folio

Trois octogénaires épris de liberté vivent selon leur propre loi en forêt profonde dans le nord de l'Ontario. Non loin de là, deux hommes, l'un gardien d'un hôtel fantôme et l'autre planteur de marijuana, veillent sur l'ermitage des vieillards. Leur vie d'hommes libres et solitaires sera perturbée par l'arrivée de deux femmes. D'abord une photographe en quête du dernier survivant des grands feux qui ont ravagé la région au début du XXe siècle. Piuis une deuxième visiteuse, très vieille celle-là, Marie-Desneige, un être aérien et lumineux qui détient le secret des amours impossibles. La vie ne sera plus la même à l'ermitage. Il pleuvait des oiseaux est un superbe récit qui nous entraîne au plus profond des forêts canadiennes, où le mot liberté prend tout son sens. L'émotion, brute et vive, jaillit à chaque page.

Les choix des libraires

  • Michel Chouéri , de la librairie « El Bourj » , à Beyrouth, au Liban , pour « Les absents » , un roman de Georgia Makhlouf , publié aux Editions Rivages

La petite et la grande histoire du Liban à travers le prisme d'un carnet d'adresses très singulier. Prix Senghor du premier roman francophone 2014.

  • Déborah Damblon , de la librairie « La Licorne » , à Bruxelles , pour « L’exposition » , un beau-livre de François Schuiten , Benoit Peeters , avec Christelle Lecoeur , une co-édition Casterman / Cité de l’Architecture et du Patrimoine , Paris

Du 19 novembre 2014 au 10 mars 2015, François Schuiten et Benoît Peeters investissent la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris pour livrer leur regard sur les visions de Paris depuis deux siècles : des tracés d’Haussmann aux projets du Grand Paris, en passant par les utopies de Robida et de Perret, ou les projets de Le Corbusier ou Jean Nouvel… En parallèle à ces documents historiques, l’exposition Revoir Paris présente les travaux de François Schuiten sur la ville lumière. Une occasion unique pour découvrir de nombreux originaux en grand format. L’exposition se conclut sur un voyage interactif et immersif en 3D de Paris développé par les équipes de l’institut Passion for Innovation de Dassault Systèmes et des interviews de sommités du monde de l’architecture.

Revoir Paris – l’exposition est le catalogue indispensable pour ceux qui ont vu l’exposition, ou ceux qui n’auront pas eu la chance de la visiter.

  • Jérémy Lamiel , de la librairie « Carcajou » , à Rosemère, au Canada , pour « Un homme effacé » , un poche d’Alexandre Postel , publié aux Editions Folio

Professeur de philosophie dans une université cossue, Damien North est accusé de pédophilie. L'affaire fait scandale, d'autant qu'il est le petit-fils d'une grande figure politique du pays. Il clame son innocence, en vain.

  • Laura Sanchez , de « La librairie du Boulevard » , à Genève, en Suisse , pour « Lisbonne, dernière marge » , un poche d’Antoine Volodine , publié aux Editions de Minuit

    Cette femme qui marche dans la nuit, un manuscrit sous le bras, le long d’une avenue déserte, a-t-elle ou non rendez-vous avec la mort ? Elle semble connaître la réponse, mais que sait-elle exactement ? Toute son existence est liée à un livre, une immense anthologie dont les pages tracent le portrait d’une époque fictive – le IIe siècle –, et tentent d’élucider les sombres mystères d’une société – la « Renaissance » – : comme le ferait une mémoire contrainte, sous la chape de plomb du totalitarisme, à se dissimuler dans l’imaginaire et le discours codé. Or quelqu’un, à l’évidence, manipule les éléments de l’intrigue ainsi nouée : une jeune terroriste, en compagnie du policier qui a organisé sa fuite, se retrouve le temps d’un amour aux confins de

l’Europe et de l’océan. C’est elle qui, par défi, invente devant nous un monde baroque et lugubre dont elle est sans doute l’émanation la plus tragique.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.