amour fou
amour fou © Radio France / Françoise Hardy

Ce n'est pas André Breton qui a inspiré ce titre, mais la folie dans laquelle bascule celle qui aime, parce qu'elle aime. Ce roman est une analyse précise de la passion qui unit deux êtres aussi dissemblables que possible, incapables de se séparer. Une sorte de Princesse de Clèves moderne, où la description des ravages de l'amour, ses attentes, ses déceptions, ses désillusions et ses espoirs frappent avec la même force que chez Madame de Lafayette.

Françoise Hardy soupèse et décrypte, les unes après les autres, les étapes qui mènent une femme de l'amour plein d'espoir aux souffrances suraiguës de la jalousie et du manque. Erotique par sa puissance suggestive, intense, ce livre crée un suspense amoureux qui fait qu'on le dévore de la première à la dernière ligne. Enfin, sans doute à cause de ce souci d'authenticité qui caractérise Françoise Hardy, c'est sa voix qu'on entend, et son portrait sentimental qui se dessine en filigrane dans cette fiction-confession.

  • Victor Kathémo bous présente son dernier roman "Le descendant africain d'Arthur Rimbaud" publié aux Editions Myriapode .
Le descendant africain d'Arthur Rimbaud
Le descendant africain d'Arthur Rimbaud © Radio France / Victor Kathémo

Racho est un homme originaire de Dirédoua près de Harar en Éthiopie. Sa trisaïeule, femme Amhara d'une certaine élégance, vécut une brève idylle avec Arthur Rimbaud pendant le deuxième séjour de ce dernier à Harar. Suite à la famine due à la guerre et aux problèmes de sécheresse sévissant en Éthiopie, la famille de Racho s'exila dans le Golfe de Guinée. Comme Rimbaud, Racho fait état d'une veine artistique profonde. Il est sculpteur et offre une nouvelle vie aux bibelots et colifichets qu'il ramasse au Port autonome de Cototrou. Mais son art ne répondant à aucune règle académique, Racho a du mal à se faire accepter par ses pairs et à vivre de son art. Il va ainsi décider de tout laisser tomber et d'aller mener sa vie sur le continent de son illustre ancêtre dans l'espoir d'y recevoir, du fait de sa filiation, un abord princier. Pour ce faire, il embarque sur un navire marchand dissimulé dans un container. Débarqué au Havre, il n'a qu'une idée en tête: visiter la tombe de son ancêtre et traverser le Rhin pour élire domicile en Rhénanie. Cueilli par les policiers allemands, il se fera renvoyer en France où, pour se prémunir contre une situation de clandestinité, il sera obligé de déposer une demande d'asile politique perdant définitivement la maîtrise de son destin

  • Françoise Desnoyelle nous raconte "Le siècle de Willy Ronis" , un livre publié aux Editions Terre Bleue .
Wiily Ronis
Wiily Ronis © Radio France / Françoise Denoyelle

Willy Ronis travaillait dans la lignée des grands photographes-reporters comme Cartier-Bresson et Doisneau qui ont capturé des moments clé de leur époque. Un ouvrage à feuilleter calé dans le fauteuil au coin de la cheminée et à vivre comme une traversée de l’Histoire de France , et de son histoire lui qui a eu sept vies, de l’immigration au Front Populaire, de l’Occupation aux premiers succès, puis de l’oubli à la reconnaissance. Plus de 300 photos choisies parmi les 25 000 négatifs et positifs de Willy Ronis, ses photos connues et ses travaux moins connus, les montages photos jamais publiés, les essais techniques et les travaux pour « payer le loyer », 99 ans d’émotions partagées avec cet homme qui souriait toujours !

Interview de Willy Ronis réalisée pendant l'été 2009

Et la chronique des libraires:

  • Nathalie Romanens de la librairie "Des livres et moi", à Martigny, en Suisse , pour "Photographies" un livre d'Anne Wiazemsky , avec la collaboration de Gabriel Bauret , publié aux Editions Gallimard .

Après le film La Chinoise, A. Wiazemsky s'offre un appareil photo et réalise des clichés de J.-L. Godard, M. Cournot, ou des Rolling Stones. Regroupe les planches contacts des années 1967 et 1968, témoignages de sa vie auprès de J.-L. Godard.

Fort habile à la carte à gratter, Françoise Rogier révèle avec ce premier album une maîtrise certaine de la narration en se frottant à l'exercice ô combien périlleux de la réécriture du Petit Chaperon rouge. Version pour le moins inattendue. Son sens de l'humour, particulièrement ludique, réjouira plus d'un enfant.

Relecture du conte dans laquelle un enfant loup joue à se faire peur en faisant « Le Petit Chaperon rouge ».

  • Grégoire Courtois de la librairie "Obliques" à Auxerre , pour "61 adresses, 9 destinataires" de Luc et Christian Boltanski chez MF Editions .

« 61 adresses 9 destinataires » est un recueil de sonnets : dans un Paris précisément topographié, Luc Boltanski se souvient des moments passés en compagnie des femmes qu’il a aimées. Il redéploie alors un demi-siècle parisien, observé sous le prisme unique de l’amour, a travers cette forme poétique illustrée par son frère, Christian Boltanski.

  • Shannon Desbiens de la librairie "Les Bouquinistes" à Chicoutimi, au Quèbec , pour "L'autoportrait au révolver" de Marie-Christine Bernard, aux Editions Hurtubise

Ce serait l’histoire de Jude, garçon fou et mélomane de qui émane la beauté ; Jude qui fait chanter l’univers par ses toiles à travers les couleurs et la lumière. Mais aussi celle d’Angélique, obèse, beaucoup. Ce qu’elle sait faire le mieux, c’est prendre les gens dans ses bras. Elle le fait chaque jour pour chacun des vieux de la résidence privée où elle travaille, même s’il répond par une claque ou une insulte. Ces deux-là pourraient tomber amoureux. Ce serait aussi l’histoire de Keith, qui abuse de la vulnérabilité d’Angélique ; de Joseph, un vieil Amérindien qui semble avoir tout vu et tout accepté ; de Nathalie, qui n’a pas su apprendre à vivre avec ce mal niché au fond de son âme ; de Ringo, le batteur des Highway Riders qui a perdu sa belle June – aux mains parfaites et qui chantait I’m Sorry de Brenda Lee comme personne – tout en se perdant lui-même. Si la mémoire lie les fils du tissu de l’âme, ces personnages se retrouvent de façon tout aussi anarchique, mais se retrouvent quand même.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.