Marie Sissi Labrèche , pour "La vie sur Mars" , publié aux Editions Leméac

mars
mars © Radio France

Nous sommes en 2035. Neil est un jeune drop-out montréalais, fils de Fédora, qui l'a élevé pratiquement seule, et de Christian, un astronaute français en mission sur Mars depuis longtemps. Neil doit se rendre à Raon-l'Étape, en Lorraine : sa mère y a été retrouvée morte dans la maison ancestrale où le grand-père collectionnait mille antiquités léguées à Christian. Accompagné de sa fidèle Rosaline, harcelé par la trop intense Rita-Adèle, Neil se gave d'anxiolytiques pour affronter l'épreuve, d'autant plus que Fédora, écrivaine connue, a laissé un manuscrit dont les révélations le troublent. Entre ses allées et venues chez le croque-mort, il est étonné de lire son histoire - celle de sa conception, de sa naissance, de sa petite enfance avec ses parents, des visites chez son grand-père en France -, puis il hésite à continuer quand il découvre la vérité sur son astronaute de père. En langage cinématographique, on parlerait d'une comédie dramatique. En littérature, ça s'appelle un bonheur de lecture. Avec ce quatrième roman, Marie-Sissi Labrèche prouve qu'elle a le don d'aborder des sujets graves avec humour ; elle propose une histoire sur la famille, le mensonge et la culpabilité, mais aussi sur les différences culturelles et sociales. Personnages truculents, intrigue fertile en rebondissements, plume vive : La vie sur Mars n'épargne personne... Et c'est loin d'être triste !

Eric Reinhardt , pour"L'amour et les forêts" , publié aux Editions Gallimard

reinhardt
reinhardt © Radio France

À l'origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l'écrivain, l'entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte. Récit poignant d'une émancipation féminine, L'amour et les forêts est un texte fascinant, où la volonté d'être libre se dresse contre l'avilissement.

Et une séquence Livrs de poche avec:

Avec Jean-Christophe Rufin , pour "Immortelles randonnées" , aux Editions Folio

rufin
rufin © Radio France

«Chaque fois que l’on m’a posé la question “Pourquoi êtes-vous allé à Santiago?”, j’ai été bien en peine de répondre. Car le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s’y engager. On est parti, voilà tout.» Jean-Christophe Rufin a suivi le «Chemin du Nord» jusqu’à Saint-Jacques : huit cents kilomètres le long des côtes basque et cantabrique, à travers les montagnes sauvages des Asturies et de Galice. Il s’est peu à peu transformé en clochard céleste, en routard de Compostelle. Il nous raconte, avec une délicieuse autodérision, ce parcours humain et spirituel.

Metin Arditi , pour "La confrérie des moinesvolants" , aux Editions Points ..

arditi
arditi © Radio France

Dans un cimetière abandonné, Nikodime creuse une cache pour y enfouir les richesses de l’Église russe. Rescapé des massacres de religieux commis par Staline en 1937, l’inflexible ermite, hanté par un obscur péché de jeunesse, a formé la confrérie des moines volants. Douze hommes qui éprouvent leur foi lors de périlleuses missions de sauvetage des plus beaux trésors de l’art sacré orthodoxe.

Écrivain francophone d’origine turque, Metin Arditi est l’auteur de nombreux essais et romans. Il s’est vu maintes fois récompensé, notamment pour son roman Le Turquetto, lauréat des prix Jean-Giono et Page des Libraires.

Philippe Labro , pour"Le flutiste invisible" , chez Folio

labro
labro © Radio France

«Sur un paquebot qui va vers l'Amérique, un jeune homme rencontre une femme qui lui fait perdre toute innocence. Dans un bistrot, un inconnu vient me dire : "Je vous ai eu dans ma ligne de mire, en Algérie." C'est parce qu'il avait froid, dans une briqueterie en Hongrie, que mon voisin, quant il était petit enfant, a échappé à Auschwitz. Par trois fois, le "flûtiste invisible", qu'on peut appeler le hasard – ou la main de Dieu –, fait basculer des existences. Pourquoi? C'est toute la question de ce roman.»

Et les chroniques des libraires :

Déborah Damblon , de la libraire La Licorne, à Bruxelles , pour « Edwin, Le Voyage aux origines » , une bande dessinée de Manon Textoris et Julien Lambert , publié aux Editions Le Lombard .

Dans un XIXe siècle en pleine mutation, alors que les hommes repoussent les frontières du savoir, Edwin, gentleman passionné de sciences, cherche les origines de son espèce. Accompagné de son majordome et de son chien Floch, Edwin s'embarque pour une incroyable aventure, qui le conduira bien au-delà de ce qu'il espérait... Il découvrira un monde où se mélangent réalité et fiction et prendra alors conscience que les origines de l'homme ne sont peut-être pas là où il pensait les trouver.

Florence Bourdin , de la librairie Mot de passe , à Neuchâtel, enSuisse , pour « L’invention de nos vies » , un Poche de Karine Tull , publié aux Editions Le Livre de Poche .

Sam Tahar, brillant avocat au barreau de New York, semble tout avoir : la célébrité, la fortune, un beau mariage… Mais sa réussite repose sur une imposture. Pour se fabriquer une autre identité en Amérique, il a emprunté les origines juives de son ami Samuel, écrivain raté qui s’enlise dans une banlieue française sous tension. Vingt ans plus tôt, la belle Nina était restée – par pitié –, aux côtés du plus faible. À mi-vie, ces trois comètes se rencontrent à nouveau, et c’est la déflagration… L’histoire d’un triangle amoureux qui percute avec violence la grande Histoire de notre début de siècle.

Manon Trépanier , de la librairieAlire , à Longueuil, au Québec , pour « C’est le cœur qui meurt en dernier » , un Poche, de Robert Lalonde , publié chez Boréal Compact .

Robert Lalonde évoque de façon bouleversante celle qui fut sa mère, femme piégée par le destin et qui d’outre-tombe continue d’entretenir avec son fils un rapport de tendresse et de bataille.

Justin Diatta , de la librairieClairAfrique , à Dakar, au Sénégal , pour « L’écharpe des jumelles » , un roman de Mamadou Samb , publié chez Téham Editions .

Le 26 septembre 2002, le naufrage du Joola fait plus de 1953 morts. Parmi les victimes figure Awa Baldé, une jeune fille peulh. Awa, après avoir sacrifié son honneur pour sauver sa soeur jumelle Adama Baldé d'un scandale familial, fuyait les siens, son village et sa communauté. Réfugiée chez des bienfaiteurs à Ziguinchor, son tragique destin la rattrape et la contraint à prendre le bateau pour Dakar afin de mettre à l'abri son fils. L'histoire d'Awa et d'Adama Baldé reflète la condition féminine et le statut des jeunes filles dans les sociétés africaines. Ce roman met en perspective les comportements insidieux qui perpétuent des traditions rétrogrades, comme le mariage forcé et/ou précoce, les violences faites aux femmes et d'autres pratiques socioculturelles dégradantes.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.