Pour assister à l'enregistrement de l'émission spéciale à l'occasion des 30 ans du Centre Culturel Suisse , rendez-vous ce vendredi au Centre Culturel Suisse 32-38 rue des Francs-Bourgeois - 75003 Paris à partir de 18h30. Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Boualem Sansal , pour "2084: La fin du monde" , publié aux Editions Gallimard

sansal
sansal © Radio France

L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions. Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion… Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

Jean-Louis Fournier , pour "Ma mère du nord" , publié aux Editions Stock

Une séquence Livre de Poche avec Yannick Lahens pour "Bain de Lune" , publié aux Editions Points et Simonetta Greggio pour "Les nouveaux monstres 1978-2014" , publié aux Editions Le Livre de Poche

"Bain de Lune" , deYannick Lahens, auxEditions Points

Lahens
Lahens © Radio France

Stupéfait, un pêcheur découvre une jeune fille échouée sur les rivages d'Haïti après trois jours de tempête. Son corps martyrisé montre qu'elle a été victime d'une grande violence. Quand la voix de la naufragée s'élève, elle en appelle à tous les dieux vaudous et à ses ancêtres pour tenter de comprendre comment et pourquoi elle s'est retrouvée là.À l'origine de cet acte barbare, le ressentiment entre deux familles que tout oppose : les Lafleur qui ont toujours vécu à Anse Bleue, un village d'Haïti où la terre et les eaux se confondent, et les Mésidor devenus seigneurs des lieux en faisant main basse sur toutes les bonnes terres de la région.Dans ses romans, comme dans ses nouvelles et ses essais, Yanick Lahens brosse avec lucidité et sans complaisance la réalité de l'île où elle est née, Haïti.

"Les nouveaux monstres" deSimonetta Greggio, auxEditions Le livre de Poche

greggio
greggio © Radio France

À travers la relation entre don Saverio, jésuite, héritier de la lignée Valfonda, et Aria, journaliste d'investigation à laquelle il confie ses secrets, ce roman raconte la fin de la dolce vita, l'implosion de la Démocratie chrétienne et du Parti communiste italien, et la montée en puissance du berlusconisme sur fond de mafia, d'argent sale et d'affaires troubles au Vatican. Mais aussi la merveille de cette terre où l'on sait encore sourire, sa beauté, ses héros au quotidien.

Ce que Simonetta Greggio a cherché à mettre en avant dans cette fiction, ce sont aussi bien les splendeurs que les misères de son pays natal, où la nostalgie de la grandeur n’a pas été éradiquée par les violences conjuguées du terrorisme et du gangstérisme prenant pour cibles les petites gens comme les élites récalcitrantes. Nicolas Weill, Le Monde des livres.

Et le choix des libraires :

Matthieu Colombe , de La Librairie Goulard , à Aix-en-Provence , pour « Terminus Radieux », un poche d’Antoine Volodine , publié aux Editions Points

Des années après l'irradiation complète de la Sibérie et l'écroulement de la Deuxième Union soviétique, la région est inhabitable. Des soldats fantômes et autres morts-vivants poursuivent obstinément le rêve soviétique. Le centre du monde se nomme désormais Terminus radieux et Solovieï, chef du village, met ses pouvoirs surnaturels au service de son rêve de toute-puissance.

Prix Médicis 2014.

Anne-Isabelle Tremblay , de La Librairie du Québec , à Paris , pour « Petite géographie de la fuite : essai de géopoétique », un essai de Thierry Pardo , publié aux Editions du Passage

La fuite a bien souvent mauvaise réputation. On la tient en odeur de lâcheté. Mais quand le labyrinthe de nos vies semble sans issue, que les conditions de notre destin nous paraissent inaccessibles, quel courage vaut le mieux ? Celui de rester ou celui de partir ? Ce petit ouvrage invite à la réflexion fugitive au travers des portraits de l'exilé volontaire, du pirate, du déserteur ou de l'ermite. Chacun y reconnaîtra peut-être la fuite qui l'interpelle, l'échappée nécessaire à sa propre construction.

Laura Sanchez, deLa Librairie du Boulevard , à Genève, enSuisse , pour « Le Piano Oriental », une bande dessinée de__ Zeina Abirached, publiée auxEditions Casterman

Un récit inspiré de la vie de son ancêtre, inventeur d'un nouvel instrument de musique dans le Beyrouth des années 1960. Folle tentative pour rapprocher les traditions musicales d'Orient de d'Occident, ce piano au destin méconnu n'aura vu le jour qu'en un seul exemplaire, juste avant que la guerre civile ne s'abatte sur le Liban.

Une métaphore amusante - et touchante - de la rencontre de deux cultures, de deux mondes, qui cohabitent chez Zeina et dans son oeuvre.

Annick Dor , de La Librairie de La Mazerine , à La Hulpe, en Belgique , pour « Profession du père », un roman de Sorj Chalandon , publié aux Editions Grasset

Emile subit les lubies et les mauvais traitements de son père, qui s'imagine un jour parachutiste, un autre pasteur ou agent secret américain, devant sa mère indifférente. Une nuit, alors qu'Emile a 13 ans, son père se réveille rebelle chargé de tuer le général de Gaulle. Il enrôle Emile dans son organisation secrète.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.