Jean-Baptiste Baronian , pour"On ne voit pas la nuit tomber" , publié aux Editions de Fallois / L'Âge d'Homme

baronian
baronian © Radio France

Treize nouvelles criminelles et passionnelles qui racontent de vraies histoires à suspense où des gens ordinaires sont poussés à commettre le pire dans des circonstances banales.

lahens
lahens © Radio France

Yanick Lahens , pour "Bain de lune" , publié aux Editions Sabine Wespieser Après trois jours de tempête, un pêcheur découvre, échouée sur la grève, une jeune fille qui semble avoir réchappé à une grande violence. La voix de la naufragée s’élève, qui en appelle à tous les dieux du vaudou et à ses ancêtres, pour tenter de comprendre comment et pourquoi elle s’est retrouvée là. Cette voix expirante viendra scander l’ample roman familial que déploie Yanick Lahens, convoquant les trois générations qui ont précédé la jeune femme afin d’élucider le double mystère de son agression et de son identité.Les Lafleur ont toujours vécu à Anse Bleue, un village d’Haïti où la terre et les eaux se confondent. Entre eux et les Mésidor, devenus les seigneurs des lieux, les liens sont anciens, et le ressentiment aussi. Il date du temps où les Mésidor ont fait main basse sur toutes les bonnes terres de la région.

Adrien Bosc pour "Constellations" , publié aux Editions Stock et la revue "Desports"

bosc
bosc © Radio France

Le 27 octobre 1949, le nouvel avion d’Air France, le Constellation, lancé par l’extravagant M. Howard Hughes, accueille trente-sept passagers. Le 28 octobre, l’avion ne répond plus à la tour de contrôle. Il a disparu en descendant sur l’île Santa Maria, dans l’archipel des Açores. Aucun survivant. La question que pose Adrien Bosc dans cet ambitieux premier roman n’est pas tant comment, mais pourquoi ? Quel est l’enchaînement d’infimes causalités qui, mises bout à bout, ont précipité l’avion vers le mont Redondo ? Quel est le hasard objectif, notion chère aux surréalistes, qui rend « nécessaire » ce tombeau d’acier ? Et qui sont les passagers ? Si l’on connaît Marcel Cerdan, l’amant boxeur d’Édith Piaf, si l’on se souvient de cette musicienne prodige que fut Ginette Neveu, dont une partie du violon sera retrouvée des années après, l’auteur lie les destins entre eux. « Entendre les morts, écrire leur légende minuscule et offrir à quarantehuit hommes et femmes, comme autant de constellations, vie et récit. »

et Philippe Delerm , pour "La beauté du geste" , publié aux Editions du Seuil pour un sujet autour de l'écriture du sport depuisle Salon du Livre de Radio France

delerm
delerm © Radio France

"Quel délice, pour un écrivain passionné de sport, de concevoir un album comme celui-ci! Élire en toute subjectivité les gestes que j'ai trouvés les plus beaux, les champions les plus charismatiques, les histoires les plus émouvantes. Écrire sur tout cela. Bénéficier du travail d'une petite équipe me permettant de choisir les documents photographiques illustrant ces préférences, les mettant en scène, leur suscitant des échos.

Le sport a ses ombres, mais il s'agit ici de toute la lumière qu'il m'a donnée, hier, aujourd'hui, et même avant que je sois né parfois. L'amitié de l'aryen Luz Long et du noir Jesse Owens, la perfection du saut de Carl Lewis, la subtilité de la passe d'Andrés Iniesta ... Tout le sport que j'aime, en images et en mots."

Et les chroniques des libraires :

Déborah Damblon , de la librairiela Licorne , à Bruxelles , pour « Allegra » , un roman de Paul Couturiau , publié chez Genèse Editions

Immergé dans ses livres, Michael Drapper, un professeur de littérature, spécialiste de Byron et Shelley, ne voit pas que sa femme Barbara s’éloigne de lui… jusqu’au jour où elle le quitte, emmenant avec elle leur fille de six ans. Alors que Barbara fait ses valises, le téléphone sonne. Caroline Darcy, une amie bouquiniste, l’invite à Florence pour une étonnante trouvaille. Là, Michael découvre qu’il est bel et bien en présence d’un manuscrit inédit de Claire Clairmont, la sœur de Mary Shelley et la maîtresse de Lord Byron. Dans la chambre même où Claire a passé les dernières années de sa vie, Michael se plonge dans le journal que la vieille dame a adressé à sa petite Allegra, morte à cinq ans. Au fil de la lecture, se dévoile une femme courageuse, libre, qui s’est battue contre les carcans et tabous victoriens. Les réflexions de Claire Clairmont renvoient Michael Drapper aux moments forts, cruautés et joies mêlées, de sa propre vie, avec son père tant aimé, les femmes, sa fille Alexandra. Aux dilemmes aussi. Va-t-il enfin prendre sa vie d’époux et de père en main ? Va-t-il cesser de se cacher derrière les livres ? À plus d’un siècle d’intervalle, les réponses sont-elles dans le journal de Claire Clairmont ?

Florence Bourdin , de la librairie Mot de passe , à Neuchâtel, en Suisse , pour« Les superhéros détestent les artichauts » , un livre jeunesse de Sébastien Perez avec des illustrations de Benjamin Lacombe , publié aux Editions Albin Michel

« Super-héros, c’est un métier d’avenir. » Métier d’avenir certes, mais métier sacrément exigeant et difficile, qui demande quelques prédispositions. Nombreux sont les appelés, mais rares sont les élus ! Dans ce nouveau livre de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe, Phosfo le héros est notre guide dans une galaxie d’êtres à collants, de masques et de super-pouvoirs. Il nous confie sa vocation, ses trucs et astuces et nous met en garde contre certains pièges à éviter de toute urgence si nous tentons l’aventure, comme les terribles artichauts et leurs effets dévastateurs sur les surhommes. On croise pêle-mêle : Narasimha le super-homme lion, Bee la diva piquante, le terrible Baron Baryton, ou encore Sun Wukong et ses missions spectaculaires en Chine. Leurs exploits pour sauver le monde bravent une société injuste ou violente qui se révèle être souvent une « super-métaphore » de la nôtre. La mise en page, imaginée par Benjamin Lacombe, alterne avec virtuosité les techniques (aquarelle, gouache, huile, encre, gravure, collages) et les références (pop art, affiches de propagande, comics). Portraits spectaculaires, images en contre-plongée, jeux de typographie et quelques pages vertigineuses à lire avec des lunettes 3D (insérées dans le livre) nous permettent de voir le monde à travers les yeux d’un super-héros.

Grégoire Courtois , de la librairie Oblique , à Auxerre , pour « Les immortelles » , un poche de Makenzy Orcel , un poche publié aux Editions Points

Les immortelles sont les prostituées de Port-au-Prince. L'une d'elles, la narratrice, propose un marché à un client, écrivain : contre son corps, écrire l'histoire de ses consoeurs défuntes, emportées par le séisme qui a secoué la ville, et en particulier Shakira. Belle et orgueilleuse, celle-ci entretenait une passion dévorante pour les livres.

Manon Trépanier , de la librairie Alire , à Longueuil, au Québec , pour « Album Gabrielle Roy » , un beau livre de François Ricard , publié aux Editions Boréal

Pour marquer la conclusion de la prestigieuse « Édition du centenaire » des œuvres de Gabrielle Roy, dont les deux derniers titres sont parus en octobre 2013, le Boréal est heureux de proposer cet album à tous les admirateurs de la grande romancière. Préparé par François Ricard, le biographe de Gabrielle Roy et l’âme dirigeante de l’« Édition du centenaire », il rassemble une magnifique collection de photos et de documents iconographiques, dont de nombreux inédits, qui rappellent les principales étapes de la carrière de l’auteur de Bonheur d’occasion . Près de 200 photos, dont de nombreux inédits. Album tout en couleurs. Reproductions d’œuvres d’art et de documents reliés à la carrière de Gabrielle Roy. Chronologie complète de la vie et de l’oeuvre de la grande romancière

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.