+ Jean-Louis Fournier pour son livre "Veuf" publié aux Editions Stock

Veuf
Veuf © Radio France

« Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre, c’est bien triste, cette année on n’ira pas faire les soldes ensemble.Elle est partie discrètement sur la pointe des pieds, en faisant un entrechat et le bruit que fait le bonheur en partant. Sylvie m’a quitté, mais pas pour un autre. Elle est tombée délicatement avec les feuilles. On discutait de la couleur du bec d’un oiseau qui traversait la rivière. On n’était pas d’accord, je lui ai dit tu ne peux pas le voir, tu n’as pas tes lunettes, elle ne voulait pas les mettre par coquetterie, elle m’a répondu je vois très bien de loin, et elle s’est tue, définitivement. J’ai eu beaucoup de chance de la rencontrer, elle m’a porté à bout de bras, toujours avec le sourire.C’était la rencontre entre une optimiste et un pessimiste, une altruiste et un égoïste. On était complémentaires, j’avais les défauts, elle avait les qualités. Elle m’a supporté quarante ans avec le sourire, moi que je ne souhaite à personne. Elle n’aimait pas parler d’elle, encore moins qu’on en dise du bien. Je vais en profiter, maintenant qu’elle est partie. »Jean-Louis Fournier souhaitait mourir le premier, il a perdu.Sa femme partie, il n’a plus personne avec qui parler de lui. Alors pour se consoler, ou pour se venger, en nous parlant d’elle, il nous parle de lui.

  • Fromental et Stanislas nous racontent "Les aventures d'Hergé" publié aux Editions Dargaud
hergé
hergé © Radio France

Des années scout aux premières publications dans la presse belge, en passant par ses découvertes artistiques et rencontres avec Jacobs, Tchang ou Wharol, la biographie en bande dessinée de Hergé, l'auteur légendaire de Tintin. Bocquet, Fromental et Stanislas nous racontent, dans un style "ligne claire" à la maitrise époustouflante une vie passionnante faite de doutes et de certitudes, qui donna une oeuvre universelle, peut-être la première de la bande dessinée moderne. Une biographie non autorisée, mais dont chaque case montre le respect tant pour l'homme que pour l'oeuvre. Une réussite unanimement saluée, avec pour cette réédition une couverture et une histoire inédites.

  • Aude Seigne pour son livre "Chronique de l'Occident nomade" publié aux Editions Zoé
aude saigne
aude saigne © Radio France

Lectrice du monde et d'elle-même, Aude Seigne, bourlingueuse du 21e siècle, écrit avec une acuité et une souplesse inédites sur le voyage et ses amours lointaines.Le voyage ? Un exercice de légèreté. Un ravissement aussi : parce que parfois la beauté est terrassante, complète, trop forte, une illumination, une sorte d’orgasme métaphysique tremblant. « Quelque chose craque en moi, une paroi se rompt sans crier gare, la possibilité de l’abîme se dévoile en même temps que celle du bonheur absolu. » L’amour ? Les premières fois, un flirt qui peut « la laver de tout », ou encore le grand amour. Chroniques de l’Occident nomade a tout d’un roman d’apprentissage. Aude Seigne tatônne autour du globe comme dans sa narration, elle le sait et le revendique. Le voyage certes, mais pour être plus présente au monde.

Le choix des libraires:

  • En direct du Québec , pour la la librairie "A Lire" (Longueuil), Marion Trépanier nous parle de "La porte du ciel" un livre de Dominique Fortier , publié aux Editions Alto

Sous un morceau de ciel de la Louisiane s’étirent les sillons brun et blanc d’un champ de coton. Deux fillettes grandissent, l’une dans l’ombre de l’autre. On construit au milieu d’un marais une impossible église, un village oublié s’endort dans un méandre du fleuve. Tout près monte la clameur d’une guerre où les frères affrontent leurs frères sous deux bannières étoilées.

  • Et de la Suisse , à Genève, pour la librairie du Boulevard, Laura Sanchez nous parle de "Nagasaki" , un livre d'Eric Faye , publié aux Editions "J'ai lu" '

Un simple fait divers dans un quotidien du matin à Nagasaki.

Tout commence par des disparitions, en effet, des déplacements d’objets. Shimura-san vit seul dans une maison silencieuse qui fait face aux chantiers navals de Nagasaki. C’est un homme ordinaire, qui rejoint chaque matin la station météorologique de la ville en maudissant le chant des cigales, déjeune seul et rentre tôt dans une retraite qui n’a pas d’odeur, sauf celle de l’ordre et de la mesure. Depuis quelque temps déjà, il répertorie scrupuleusement les niveaux et les quantités de nourriture stockée dans chaque placard de sa cuisine. Dans ce monde contre lequel l’imprévu ne pouvait rien, un bouleversement s’est produit.

  • A Bruxelles , pour la librairie "La Licorne", Déborah Damblon nous raconte "Monsieur Cheng" , un livre de Sophie Daxhelet , publié aux Editions MeMo .

C'est l'heure de la sieste. Charlotte n'a pas sommeil. Chut ! lui disent ses parents... Charlotte nous entraîne alors dans sa rêverie, à la découverte de monsieur Cheng, charmant habitant de la Chine, qui chaque jour choisit ses chapeaux, ses chaussettes et ses chaussures...

  • AParis , pour la librairie de l'Atelier, dans le XX° arrondissement, Georges-Marc Habib nous parle de David Le Breton , qui vient de publier "Eclats de voix". Une anthropologie des voix" publié aux Editions Métailié

Avec cette anthropologie des voix David Le Breton continue son exploration du corps. Il nous propose une anthropologie paradoxale en ce qu'il ne s’agit plus ici d'écouter la seule parole humaine, mais aussi et surtout la qualité de sa formulation, ses vibrations, son grain, ses singularités et l’affect qu'elle implique. Si la voix est d'abord une matière physique, à peine émise elle devient un élément essentiel dans le déroulement de notre vie quotidienne et se mue en puissance d'expression pour cet autre en qui elle résonne.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.