Une rencontre avec William Cliff , prix Goncourt de Poésie 2015, dans sa maison de Gembloux, pour "Amour perdu" , publié aux Editions Le Dilettante .

cliff
cliff © Radio France

Quoi de plus doux pour apprendre quelqu’un / que de connaître son organe intime . Et le poète William Cliff de prendre le large, en skipper subtil, sur la grande mer des corps virils, d’aller, promeneur solitaire, narine aux vents et mains de sourcier, taillant la route des roideurs et des spasmes, cap sur les visages donnés et les élans offerts au détour de soudaines rencontres. S’engouffrant à perte de corps dans l’obscurité de certaines salles au fumet fétide, aux fauteuils défoncés, mais au voisinage délicieux, accostant aux bars de la nuit pour quelques contacts fugaces, à Philadelphie ou Viña del Mar, New York ou Bruxelles, William Cliff, beau héros abreuvé d’abjection au fil de poèmes néoélisabéthains, ciselés et d’une délicatesse glorieuse, narre le membre frémissant de l’hôte d’un soir, les cuisses du louveteau, l’orteil de l’amant, les douces muqueuses : car dans la vie on aime que nous happent / certaines choses un peu dégoûtantes / qui nous font sortir de l’ennui ordinaire . Une quête des corps amoureux qui délivre de ce cafard qui encrasse les jours et dont le soleil, dieu de flamme qui sourit aux heureux et frappe ceux qu’il damne , ne nous délivre pas. Plus de vingt-cinq ans après son tombeau de Conrad Detrez, William Cliff fait retour au Dilettante pour un nouveau cahier de poèmes qui tente de prendre aux rets du mètre classique les fuyantes extases de l’amour masculin et de garder encore l’enfance d’un corps promis à la mort : Salut à toi, beauté, que la rue m’a fait voir!

Kenan Görgün , pour "Rebellon park" , publié aux Editions Vents d'Ailleurs .

gorgun
gorgun © Radio France

Débuté par le rassemblement d’une poignée d’écologistes en vue de la sauvegarde du parc Gezi à Istanbul, en quelques heures, ce mouvement de protestation devient soulèvement.Pendant des semaines Kenan Görgün a pris part aux marches. Il a été chassé, gazé, piégé et a échappé de peu à l’arrestation. « Occupant » le Park, il a découvert la mosaïque de la contestation en Turquie, écho de celle de la région et du monde. Alors il a écrit.Chaque jour et pendant de longues nuits blanches, dans le Park, depuis les rues, il a noté ce qu’il voyait, entendait et vivait.Il a écrit Rebellion Park.Pour dire l’histoire, avant qu’elle ne prenne une majuscule.

La littérature Francophone, à Mons, avecKarelle Ménine , responsable de la littérature dans le cadre deMons Capitale Européenne de la Culture

Et les chroniques des libraires

Matthieu Colombe , de la librairie Goulard , à Aix-en-Provence , pour « Les sens du poil » (grec) : lexique pileux » , un essai de Pierre Brulé , publié aux Editions Les Belles Lettres .

La pilosité et ses liens avec différents aspects de la vie et de la pensée des Grecs sont abordés sous les angles biologique, sociologique, métaphysique et esthétique afin d'éclairer la vision du corps dans l'Antiquité. Sont ainsi évoqués les thèmes de la croissance du poil, sa signification sociale et religieuse, les rituels autour de la chevelure, l'épilation ou encore la sexualité.

Annick Dor , de la librairie de La Mazarine , à la Hulpe, en Belgique , pour « Tin Lizzie T.1 : La belle de Ponchatowla » , une bande dessinée de Thierry Chaffoin et Dominique Monféry , publié aux Editions Paquet

New York, automne 1962, Jake Lebey âgé de 65 ans vient d’apprendre la mort de son ami Rhod Fitzpatrick. Il se souvient de leurs aventures du temps jadis...

Ponchatowla Mississippi, été 1908. Le Colonel Lebey, un riche planteur que tout le monde appelle simplement « le Colonel » vient d’acheter une automobile. Son intention n'est pas de parader avec, mais de la rendre utile pour le domaine, aussi charge-t- il Rhod, le régisseur, de la transformer en tracteur...

Comme chaque année à la même période, le Colonel quitte son exploitation pour aller à la foire de Saint-Rochelle. De retour de la gare de Ponchatowla (où il a conduit son patron), Rhod apprend à conduire à Jake, le petit-fils du Colonel, puis lui propose de profiter de cette absence pour aller faire une virée à New Bay, la grande ville de l'état. Après bien des hésitations, Jake accepte.

Cette expédition clandestine va radicalement changer le cours de leur vie...

Laura Sanchez , de la librairie du Boulevard , à Genève , pour « Derrière les panneaux, il y a des hommes » , un polar de Joseph Incardona , publié aux Editions Finitude

Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l’autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.

Il observe, il surveille, il est patient.

Parmi tous ceux qu’il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s’agite dans un monde clos, quelqu’un sait, forcément.

Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s’agacent, se disputent. Sous l’asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes.

Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes.

L’urgence.

Pierre n’a jamais été aussi proche de celui qu’il cherche.

Joseph Incardona mêle les genres avec habileté et réussit un roman profond et ambitieux. Son style puissant et son art très cinématographique de la narration font mouche.

Jérémy Laniel , de la librairie Carcajou , à Rosemère, au Canada , pour « Forêt contraire » , un poche d’Hélène Frédérick , publié aux Editions Héliotrope

La jeune femme qui habite intensément ce roman choisit de fuir Paris, sa ville d’adoption, pour rejoindre la forêt d’Inverness, au Québec. Elle s’installe incognito dans le chalet familial à l’abandon, peuplé d’absents, de cicatrices, de silences.

Installée dans ce refuge provisoire, elle fait la connaissance d’André, un ancien comédien, et travestit son passé sous un prénom d’emprunt, Sophie. Au hasard de ses lectures, remonte à la surface le souvenir d’un intellectuel allemand d’extrême gauche, croisé à Montréal, puis disparu avant que Sophie n’ait pu approfondir ce qui l’attirait vers lui. Un troublant jeu de masques fait alors surgir entre ces êtres l’ambiguïté de la fiction.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.