Eugène Ebodé pour son roman "La rose dans le bus jaune" , publié aux Editions Gallimard / collection Continents Noirs

La rose dans le bus jaune
La rose dans le bus jaune © Radio France / Eugène Ebodé

"Young Man ,

J'ai reçu votre charmante lettre. Il m'aurait plu de m'entretenir avec vous, même un court instant, de l'année du boycott à Montgomery que vous avez joliment appelée notre "odyssée de l'égalité". Hélas, la médecine m'oblige à garder la chambre. Non, votre question sur ma résistance dans le fameux bus jaune ne m'agace pas. Ce geste ne fut pas prémédité. Je suis simplement restée assise pour tenir debout. Nous avons, Blancs et Noirs, bravé férocité, intimidations, crachats et intempéries au nom de la dignité humaine. Ah! si vous saviez combien les images des chiens aux yeux luisants, aux babines rouge sang, et lancés à nos trousses lors des marches pacifiques ont mis du temps à s'effacer de ma mémoire. Mais le "I have a dream " de Martin Luther King, ponctué de vibrants "Yes sir! " devant le Lincoln Memorial à Washington, résonne encore en moi comme un puissant hymne de fraternité. J'ai côtoyé des êtres exceptionnels et des gens haineux et stupides! Ils venaient de tous les camps, y compris du nôtre. Dans le texte que je vous envoie, je parle enfin de Douglas White junior, ce Blanc qui voulut s'asseoir à ma place et que l'histoire a ignoré. Il fait partie de ces incroyables personnages que le combat pour les droits civiques m'a aussi permis de découvrir. Lisez-moi, young man , et n'oubliez pas de me répondre, ne n'oubliez pas. Rosa»

Raphaël Enthoven pour son essai "Matière première" , publié aux Editions Gallimard.

Matière première
Matière première © Radio France / Raphaël Enthoven

Comment élever la philosophie jusqu’aux objets du quotidien? Comment parler du GPS, de la carte de fidélité, de l’iPhone, des capsules Nespresso, des affiches électorales, des zones fumeurs, de la 3D, de France Info, de la baguette de tradition française, du micro-trottoir ou de Lady Gaga sans verser dans la «mode de la philosophie» qui fait des bulles en pensant le trivial? La dignité des objets que la philosophie se donne est un faux problème. À l’inverse de ceux qui, à force de demander à la philosophie d’être accessible alors qu’elle l’est déjà, en interdisent l’accès autrement que par la porte de service, l’enjeu, ici, n’est pas de descendre jusqu’au monde en simulant l’intérêt qu’on lui trouve, mais de partir de lui comme d’une matière première. .

Et Dior créa la femme
Et Dior créa la femme © Radio France / Francis Huster

Francis Huster pour "Et Dior créa la femme" , publié aux Editions du Cherche Midi.

Un portrait de Christian Dior ? Oui, mais aussi un miroir dans lequel Francis Huster se regarde et regarde les femmes.

Dans ce roman à la fois vrai et fantasmé, où l'on croise son copain d'enfance Patrick Dewaere, Jean-Louis Barrault ou Jean Marais, le comédien s'intéresse aux dernières années de Christian Dior, celles qui ont vu le succès d'un homme, d'un style et d'une marque. En se racontant au travers de l'histoire de Dior, Francis Huster évoque sa mère couturière, ses souvenirs de théâtre, ses rencontres, ses rêves et le parfum envoûtant des années 1950.C'est surtout, dans un style très personnel, enthousiaste et inventif, le prétexte à un éloge de la folie créatrice, de l'excellence française dans ce qu'elle a de plus admirable, de plus élégant, mais, avant toute chose, c'est une déclaration d'amour à celles sans qui Christian ne serait jamais devenu Dior et qui, sans Dior, ne seraient pas tout à fait les mêmes : les femmes.

A l'occasion de la sortie du livre, La Librairie Francophone en a profité pour visiter La Maison Dior, 30 Avenue Montaigne, à Paris, avec Francis Huster et Philippe Le Moult , Secrétaire Général du Musée Dior à Granville .

Voici le premier épisode du reportage... la suite, la semaine prochaine!

Et les chroniques des libraires :

Matthieu Colombe , de la librairie "Goulard" , à Aix-en-Provence , pour "La disparition de Jim Sullivan" , un roman de Tanguy Viel , publié aux Editions de Minuit.

« Du jour où j'ai décidé d'écrire un roman américain, il fut très vite clair que beaucoup de choses se passeraient à Detroit, Michigan, au volant d'une vieille Dodge, sur les rives des grands lacs. Il fut clair aussi que le personnage principal s'appellerait Dwayne Koster, qu'il enseignerait à l'université, qu'il aurait cinquante ans, qu'il serait divorcé et que Susan, son ex-femme, aurait pour amant un type qu'il détestait. »

Présentée par son auteur comme un roman américain, cette fiction met en scène le personnage de Dwayne Koster, professeur d'université âgé de 50 ans, divorcé de Susan dont il déteste le nouvel amant. L'action se déroule à Detroit, Michigan, au volant d'une vieille Dodge, sur les rives des Grands Lacs.

Déborah Damblon de la librairie "La Licorne" , à Bruxelles , pour "Contrepieds: 2002-2012: une décennie de chroniques décapantes" , un essai de Yvon Toussaint , publié chez Genèse Editions

Sous la forme d’un abécédaire, Contrepieds reprend une sélection des chroniques les plus décapantes d’Yvon Toussaint , publiées dans Le Soir de 2002 à 2012 . Offrant au lecteur un pincement au cœur ou une bouffée d’adrénaline, ces chroniques mêlent sujets d’actualité brûlants, poignantes rétrospectives et portraits décapants.

Parmi les sujets qui ont fait l’actualité : les dernières élections en France, les crises institutionnelles en Belgique, mais aussi la chute de Saddam Hussein et la guerre en Irak, la crise financière mondiale, les heurts et malheurs de l’Europe, l’absence de démocratie en Russie, en Chine ou ailleurs, le procès Dutroux, et bien d’autres sujets encore.

Le lecteur revisitera aussi les faits divers qui ont marqué la décennie, du procès de Patrick Henry à celui de Dutroux, du massacre de Mohamed Merah à la pantalonnade de Dominique Strauss Kahn.

Au détour des sujets ou sous forme de portraits, le lecteur croisera George Bush et Florence Aubenas, Bart de Wever, Silvio Berlusconi, Elio di Rupo, Stéphane Hessel et Daniel Cohn-Bendit, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, Benoît XVI et Barack Obama, le Prince Philippe, Herman Van Rompuy, Françoise Giroud, Mgr Léonard, Valérie Trierweiler et « quelques dizaines d’autres, flashés tout chauds alors qu’ils s’élancent sur la piste. »

Florence Bourdin , de la librairie "Mot de passe" , à Neuchatel, en Suisse , pour "Le film de jacky Cukier", un livre de poche d'Emilie Frèche , publié aux Editions Actes Sud / Babel

Parce que, pour la première fois de sa vie, elle s’est fait traiter de “sale juive” dans la rue, la femme de Jacky Cukier veut quitter la France et part s’installer à Palestine, Texas. Metteur en scène angoissé qui turbine à la clope et ne peut quitter Paris sans sueurs froides, Jacky Cukier n’a plus qu’à la suivre. Une comédie irrésistible sur le choc des cultures.

Manon Trépanier de la librairie "Alire" , à Longueuil, au Québec , pour "Le guide du mauvais père" , une bande dessinée de Guy Delisle , publié aux Editions Delcourt

Oublier le passage de la petite souris, traumatiser sa fille avec une terrifiante histoire d'arbre qui pousse dans l'estomac, dénicher des conseils peu avisés pour encourager fiston à taper plus fort sur le punching bag... Guy Delisle, un mauvais père ? Non, un auteur de bande dessinée qui sait puiser l'imagination là où elle se trouve, avec un sens aigu de l'observation et une bonne dose d'autodérision.

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.