Les cimetières abritent souvent de magnifiques jardins, et de nombreuses âmes reposent sous la terre : Alain Baraton s'intéresse à ce lien entre mort et vie végétale. Au programme, l'anecdote du marronnier du jardin des Tuileries, sous lequel se trouveraient les corps de 950 gardes suisses morts à la Révolution.

Prise de vue aérienne du jardin des Tuileries à Paris
Prise de vue aérienne du jardin des Tuileries à Paris © Getty / Dennis Lauer / EyeEm

Le jardin des Tuileries est un véritable cimetière. En effet, le 10 août 1792, les révolutionnaires envahissent le jardin et le château. Les combats sont terribles, et les gardes suisses chargés d'assurer la protection de la famille royale sont massacrés.

Beaucoup de corps sont enterrés au pied d'un marronnier, qui devient malgré lui un symbole pour les vétérans de la Grande Armée de Napoléon : tous les 20 mars, ceux-ci se rassemblèrent devant lui en hommage aux gardes suisses. Un sujet incontournable pour les journalistes en panne d'inspiration, d'où le terme journalistique "marronnier" !

L'arbre a disparu du jardin en 1913, ce qui n'empêche pas les corps de demeurer sous le sol des Tuileries.

Lire aussi : Quelle histoire se cache derrière le "Marronnier" des journalistes et la "langue de bois" des politiques ?

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.