Le caoutchouc est un arbre dans son pays d’origine !

Le caoutchouc est un arbre dans son pays d’origine !

Un arbre de grande dimension qui peut atteindre 40 mètres de hauteur. Le Ficus élastica plus communément appelé caoutchouc est originaire du continent asiatique et il se contente sous nos climats d’être ce qu’il convient d’appeler une plante verte.

Pourquoi l’avoir appelé caoutchouc ?

Quand les européens prospectent les grandes forêts d’Amérique du Sud, ils découvrent l’hévéa, un arbre que les populations appellent caoutchouc. Ils l’appellent ainsi car cao signifie bois et tchu veut dire pleure. Un caoutchouc est donc un arbre qui pleure, allusion bien sûr au latex qui circule dans le bois.

Il s’avère que le ficus élastica produit lui aussi du latex et qu’il est donc appelé, comme son cousin d’Amérique, caoutchouc.

Le ficus élastica fut le premier arbre exploité pour l’obtention du caoutchouc en Inde à la fin du XIX ème siècle mais les résultats sont décevants. Si l’arbre pousse assez vite, il faut toutefois attendre près de 25 ans avant de pouvoir l’exploiter. Pour remédier à ce problème, les anglais introduisent à Ceylan en 1875, des hévéas. Notre bon vieux caoutchouc perd sa fonction première dans l’industrie mais garde son appellation.

Cette délocalisation a aussi permis de limiter la surexploitation de la forêt amazonienne.

Il est vrai que l’exploitation de l’hévéa fut telle que certaines variétés sont menacées d’extinction et c’est un français, il se nomme Fresneau, qui a la bonne idée en 1743, pour stopper le massacre, de planter des hévéas pour les cultiver. La première usine pour produire du caoutchouc est construite en 1821. Le latex récolté est lavé, réduit en petites particules puis chauffés à 120°. Le latex devient alors du caoutchouc.

En 1836, le procédé est amélioré. On introduit dans le latex du soufre et cela le durcit. C’est une société bien connue qui est à l’origine de cette amélioration : c’est Goodyear.

Aujourd’hui encore, 70% du latex récolté dans le monde est utilisée par l’industrie des pneumatiques et en particulier pour l’aviation, le génie civil et les poids lourds.

Est-il possible de cultiver chez soi un hévéa ?

Non car notre climat ne lui convient absolument pas contrairement au caoutchouc qui lui accepte de vivre en appartement.

Le livre : Jardins d’inspiration (Mon jardin et ma maison-30€)

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.