On le connait mal, mais c'est un abbé, Jules-Auguste Lemire, qui est à l'origine des jardins ouvriers, appelés aujourd'hui "jardins partagés" ou "jardins familiaux".

 Illustration sur les jardins partagés dans les quartiers nord de la ville à Marseille
Illustration sur les jardins partagés dans les quartiers nord de la ville à Marseille © Maxppp / Pierre ROBERT

A la fin du XIXème siècle, l'abbé Lemire, souhaitant améliorer les conditions de vie des ouvriers, crée la Ligue française du coin de terre et du foyer, avec comme objectif la création de jardins ouvriers, et la promotion d'une certaine vision de la famille : « Les jardins ouvriers professent une vocation sociale et défendent un certain ordre social : s'ils permettent aux ouvriers d'échapper à leur taudis en profitant d'un air plus respirable, ils les éloignent aussi des cabarets et encouragent les activités familiales au sein de ces espaces verts. » 

Le livre du jour

Un chêne de Belinda Cannone (éditions Le Vistemboir)

Un beau livre de textes et de photos d'une amoureuse des arbres. Belinda Cannone raconte : "Chaque matin, de la fenêtre de mon bureau je regarde mon chêne, seul hôte du grand champ qui s’étend devant la maison, de l’autre côté de la route, et qui est désigné au cadastre sous le nom de Paradis. Durant le jour, quand le ciel versicolore est en fête, ou quand l’eau perle sur la vitre, qu’une ombre s’étire, que des traînées de brume flottent ou qu’un animal passe, je prends une photo à travers le carreau."

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.