le massacre de la forêt africaine

(bassin du fleuve Congo)

Les cinq pays du Bassin du Congo (Cameroun, Congo, Gabon, RCA, RDC) couvrent une superficie totale de 4 millions de km2 et regroupent une population de 93,2 millions d’habitants avec des densités différentes (58% de la population vit en RDC). Pour la plupart des pays, le taux d’accroissement de la population prévoit un doublement d’ici 25 ans, entraînant une pression croissante sur la forêt par l’agriculture.

La superficie totale de la forêt dense du Bassin du Congo est estimée à 160 millions d’hectares. L’Afrique Centrale représenterait 10% de la biodiversité mondiale : la flore des forêts de basse altitude compterait plus de 10 000 espèces de plantes supérieures dont 3000 seraient endémiques.Or, cette forêt subit annuellement une déforestation nette de 0,16%. En effet, le secteur forestier représente un poids primordial dans l’économie des pays, même si cette manne ne semble pas être partagée équitablement.Les enjeux environnementaux sont donc importants et en grande partie liés à la gestion durable des forêts du Bassin. Cette gestion durable progresse dans le sens où les grandes entreprisesdes pays se sont engagées dans différents processus de certification et que de nombreuses organisations internationales (WWF, UICN, WCS, BAD, CE…) accordent aux forêts du bassin du Congo une grande attention dans le cadre de la conservation de la biodiversité, des changements climatiques et sur le plan économique.Mais de nombreux progrès restent à réaliser, notamment en matière d’aménagement des concessions forestières, de législation et d’éco-certification.

foret africaine
foret africaine © Radio France / Kim S. Gjerstad

balade : le chêne d’Allouville (Seine-Maritime), un arbre millénaire

© Allouville-Bellefosse
© Allouville-Bellefosse © Radio France
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.