Ilan Halimi avait 24 ans en 2006 quand il fût assassiné. En 2010, le Conseil de Paris, à l'unanimité, baptise un jardin de son nom dans le douzième arrondissement pour honorer la mémoire d'une victime emblématique de l'antisémitisme.

Le jardin Ilan Halimi est de belle dimension, 4 200 m² et est planté de graminées, saules, lavandes, cyprès et arbres de Judée qui ne devraient plus tarder à fleurir. 

A Sainte-Geneviève-des-Bois, en région parisienne, deux arbres plantés en mémoire d'Ilan Halimi ont été coupés. Le premier avait été planté le 13 février 2007. Il a été scié à la base, il n'y a pus rien à espérer. Le second est un olivier planté en 2016 qui pourra peut-être survivre avec quelques soins.

Les arbres sont plus que des monuments de sève et de bois. Ils sont les témoins vivants de notre passé et à ce titre, ils sont sacrés. L'olivier, par exemple, est symbole de paix et toutes les religions le vénèrent. il est l'arbre central et la source de la lumière divine pour les musulmans. Pour les catholiques et les juifs, il représente l'amitié entre les peuples et la paix retrouvée. En souvenir d'Ilan Halimi, il faut donc maintenant planter des arbres encore plus grands, encore plus beaux.

Le conseil lecture

La flore photo, de Gérard Ducerf, aux Editions Promonature

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.