AU XIXe siècle, peu de marchands proposent des oranges à la vente.

L’orange de Noël.
L’orange de Noël. © Getty / wundervisuals

Elles sont si rares que certains sont tentés de les voler comme dans la célèbre chanson de Gilbert Bécaud, une chanson qui rappelle que voler une pomme, une prune ou une cerise, ce n'est pas aussi grave que voler une orange !

Car pour ce fruit la condamnation est sans appel : "tu as volé l'orange du marchand, tu la vois... elle est là... la corde qui te pendra...." En réalité, voler une orange ne conduisait pas à l'échafaud, mais en prison

Mais pourquoi porter des oranges aux personnes incarcérées si le fruit est aussi couteux à l'achat ?
En 1892, des femmes sont arrêtées pour s'être montrées quasiment nues lors du défilé des élèves des Beaux-Arts. Elles ont été dénoncées par le sénateur Béranger et, en attendant d'être jugées, elles sont emprisonnées.

Parmi les interpellées, une certaine Sarah Brown. Elle est jeune, elle est belle, et un poète, Raoul Puchon, lui écrit un poème :

"O! Sarah Brown! Si l'on t'emprisonne, pauvre ange,   
Le dimanche, j'irai t'apporter des oranges."

L'explication est donc simple pour ce qui est d'amener des oranges aux prisonniers, l'orange est le seul fruit qui rime avec ange.

L'équipe
  • Alain BaratonJardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de Versailles, chroniqueur sur France Inter.
Contact