En Australie, il s'en est fallu de peu pour que des arbres rarissimes disparaissent à jamais dans les flammes.

Le pin de Wollemi ou arbre de Wollemi (Wollemia nobilis) dont il n'existe qu'une centaine au monde.
Le pin de Wollemi ou arbre de Wollemi (Wollemia nobilis) dont il n'existe qu'une centaine au monde. © Maxppp / Expresspictures/MIKE PARTRIDGE/Express Syndication

Les autorités du pays ont déployé les grands moyens pour asperger jour et nuit une forêt préhistorique. Cette opération a été menée discrètement dans un endroit tenu secret, l'objectif étant de sauver les pins de Wollemi, des arbres vivants dans un canyon à environ 150 kilomètres de Sydney. Si ces actions fut menée vraiment secrètement, c'est pour ne pas transformer l'endroit en un site pour touristes et détruire une végétation unique au monde.

Un pin extraordinaire

En 1994, un garde forestier du nom de David Noble découvre au fond d'une vallée un végétal qu'il ne parvient pas à identifier, et il s'en étonne. Il revient avec ses livres, ses documents. Il prélève quelques échantillons. Rien à faire. Pas moyen pour ce spécialiste de donner un nom à cette plante. 

Très vite, il contacte les botanistes les plus compétents qui, après examen d'une feuille, pensent qu'il s'agit d'une fougère. Mais quand David Noble leur dit que c'est un arbre et qu'il atteint 40 mètres de hauteur, ils ont du mal à le croire. Les scientifiques se rendent alors sur place et découvrent une petite centaine de spécimens, dont certains sont âgés de 1000 ans.

C'est une espèce d'arbre qui serait apparue sur Terre il y a près de 200 millions d'années, et sans que l'on sache pourquoi, elle a totalement disparu de la surface de la planète sauf dans cette région du monde. On ne sait pas pourquoi les arbres ont vécu tranquillement cachés jusqu'à ce jour de 1994.

Les arbres sont baptisés "Wollemia", du nom de l'endroit où ils poussent, le parc national de Wollemi, et "Nobilis" en hommage à son découvreur découvreur, David Noble. 

Depuis leur découverte, ces conifères, ces fossiles vivants devrais-je même dire, sont protégés par la loi et par les hommes. 

Le plus haut de ces arbres : King Billy

King Billy a été nommé ainsi car la toute première équipe de scientifiques à venir sur place est arrivée dans un hélicoptère piloté par un homme qui s'appelait Bill. Tout simplement. Notre arbre vit toujours, et c'est heureux, grâce à d'autres hommes venus eux aussi pour les sauver en hélicoptère.

Le conseil de lecture

Comprendre les plantes et les arbres, ouvrage collectif sous la direction de Stephen Blackmore, paru aux éditions Delachaux et Niestlé.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.