Né en 1672, Antoine Houdar de La Motte était un écrivain très apprécié dans son temps.

Il a écrit de nombreuses œuvres dramatiques, mais aussi des textes poétiques. Antoine Houdar de La Motte n'a pas, c'est une évidence, la gloire posthume de Jean de la Fontaine, mais j'ai envie ce matin de vous lire une de ses fables qui me plait le plus ! Elle a pour titre La ronce et le jardinier :

La ronce un jour accroche un jardinier :      
Un mot, lui dit-elle, de grâce ;      
Parlons de bonne foi, Gros-Jean, suis-je à ma place ?      
Que ne me traites-tu comme un arbre fruitier ?      
Que fais-je ici planté en haie,      
Que de servir de suisse à ton enclos ?      
Mets-moi dans ton jardin, et par plaisir essaye      
Quel gain t’en reviendra ; je te le promets gros.      
Tu n’as qu’à m’arroser, me couvrir de la bise :      
Je m’engage à rendre à tes soins      
Des fruits d’une saveur exquise,      
Et des fleurs qui vaudront roses et lys au moins.      
J’en pourrais dire davantage ;      
Mais j’ai honte de me louer.      
Mets-moi seulement en usage,      
Et je veux que dans peu tu viennes m’avouer      
Que je vaux moins encore au parler qu’à l’ouvrage.      
C’est en ces mots que s’exhalaient      
L’amour propre et l’orgueil de la plante inutile.      
Gros-Jean la crut en imbécile.      
Du temps que les plantes parlaient      
On n’était pas encore habile.      
On transplante la ronce ; on la fait espalier.      
Loin qu’on s’en fie à la rosée,      
Quatre fois plutôt qu’une elle était arrosée ;      
Pour elle ce n’est trop de Gros-Jean tout entier.      
Comme elle l’a promis, elle se multiplie ;      
Elle étend sa racine et ses branches au loin.      
Sous ses filets armés tout se casse, tout plie ;      
Fruits, potager, tout meurt ; les fleurs deviennent foin.      
Gros-Jean reconnut sa folie,      
Et n’en crut plus les plantes sans témoin.      
Pour qui se vante, point d’oreilles.      
Telles gens sont bientôt à bout.      
À les entendre, ils font merveilles ;      
Laissez-les faire, ils gâtent tout.

L'équipe
  • Alain BaratonJardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de Versailles, chroniqueur sur France Inter.
Contact