Chaque année, le jour de l’Indépendance, la tombe du vaillant marquis, au cimetière de Picpus, reçoit la visite d’une délégation officielle américaine.

Rencontre entre Lafayette et Washington à Philadelphia
Rencontre entre Lafayette et Washington à Philadelphia © Getty / MPI

Rediffusion du Mardi 24 novembre 2015 : « La Fayette et l’alliance franco-américaine » avec Benoît Yvert

(Editeur et historien)

Chaque année, le jour de l’Indépendance, la tombe du vaillant marquis, au cimetière de Picpus, reçoit la visite d’une délégation officielle américaine. C’est un rite, en l’honneur du jeune officier parti dès 1777 offrir son épée aux Insurgents et devenu l’égal des Pères fondateurs.

Mais le héros des Deux Mondes est aussi un mythe qu’on réveille à chaque inflexion importante de la relation franco-américaine. Quand le maréchal Pétain, en 1940, veut garder le contact avec Roosevelt, il expédie aux Etats-Unis un descendant de La Fayette, René de Chambrun, qui se trouve être à la fois son propre filleul et le gendre de Laval. Et Chambrun de chanter à New York, au lendemain de la défaite, le couplet de la pérennité de l’amitié jamais interrompue entre les deux pays. Et, en cela, il n’était pas infidèle à son aïeul qui en avait fait un article de foi indestructible…

Mais une fois invoquées les mânes du marquis et répétées les formules magiques lancées depuis le pont de La Victoire et de L’Hermione, a-t-on avancé beaucoup ? Dès l’origine, l’alliance des deux gouvernements était davantage décidée par les intérêts convergents que par la générosité des hommes comme La Fayette. Il n’empêche. Le pugnace marquis ne cessa jamais de regarder sa mission comme une religion. Et de préserver de toute souillure son personnage afin de rester dans l’histoire comme une légende… « Une médaille dans un musée », disait le mémorialiste Rémusat. Mieux, une médaille miraculeuse que les Français et les américains plus encore aiment évoquer par gros temps.

Les références à retrouver sur la page du 24 novembre 2015

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.