1986-1988, Mitterrand-Chirac, c'est la première cohabitation, combative. 1993-1995 : Mitterrand encore président, Balladur Premier ministre : on a parlé de cohabitation de velours. 1997-2002, entre Chirac et Jospin, c'est la cohabitation au long cours. Sept ans de dyarchie en un quart de siècle, c'est beaucoup.

François Mitterrand, Edouard Balladur et François Léotard le 8 mai 1995 à Paris
François Mitterrand, Edouard Balladur et François Léotard le 8 mai 1995 à Paris © MAXPPP / MAXPPP

La mise à niveau, à cinq ans, du mandat présidentiel et de celui des députés - réduit la probabilité de la cohabitation. Mais la possibilité demeure. Il suffit que les électeurs infléchissent leur choix aux législatives, devenues troisième tour de la présidentielle.

Le risque ne vaut-il pas d'être couru ? "J'ai toujours été préoccupé, note François Fillon ce mois de mai 2012, des situations institutionnelles baroques" mais, ajoute-t-il, "il faut tout de même reconnaître que pendant les trois périodes concernées, la France a continué d'être gouvernée".

Cette position d'un gaulliste revendiqué peut étonner mais, à dire vrai, les hommes politiques qui se sont tenus constamment sur une position hostile à la cohabitation sont assez rares. Les opportunités ne se refusent pas... Edouard Balladur, lui aussi, a changé d'avis. Après avoir fait, en 1986, la théorie de ce jeu politique, il a fini par conclure: "A la tête de l'Etat, il ne faut ni brouillard ni équivoque ni double langage, le pouvoir ne se partage pas".

Evénement(s) lié(s)

L’Affaire Gordji, histoire d'une cohabitation

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.