Nos compères connaissent bien les Balkans de l’intérieur pour en avoir parcouru toutes les routes. Mais les aborder par les côtes change le point de vue. Dans les Balkans, les montagnes se vident. On pourrait à certains endroits parler d’exode. Les jeunes diplômés sont particulièrement touchés.

Le Pont Yavuz Selim Bridge à Istanbul
Le Pont Yavuz Selim Bridge à Istanbul © Getty / Salvator Barki

Ils sont deux journalistes. Ils sont partis avec deux marins. Parfois quelques amis montaient à bord. Le bateau faisait 17 mètres, 2 m90 de tirant d’eau. Direction ? D’abord la mer Adriatique.

Nos compères connaissent bien les Balkans de l’intérieur pour en avoir parcouru toutes les routes. Mais les aborder par les côtes change le point de vue. 

Dans les Balkans, les montagnes se vident. On pourrait à certains endroits parler d’exode. Les jeunes diplômés sont particulièrement touchés. Les littoraux peuvent-ils les retenir ? Non. Ils sont de plus en plus spécialisés dans le tourisme. Les activités traditionnelles, les chantiers navals, les compagnies de navigation de commerce légal ont été frappées de plein fouet par le pillage des biens communs. C’est aux trafiquants que les étudiants de l’Académie navale de Kotor, au Monténégro, doivent maintenant offrir leurs services… Il est vrai que l’Adriatique puis la mer Egée où vont bientôt apparaître nos navigateurs sont habituées aux échanges interlopes…

A plusieurs moments de leur périple, nos petits Ulysses vont voir apparaître des réfugiés qui sont parvenus à terre sur des esquifs si fragiles qu’on ne les aurait pas utilisés sous l’Antiquité. Ils espèrent beaucoup en l’Europe mais c’est dans des périphéries dominées qu’ils parviennent. Une zone de lisières où ils entendront davantage de questions que de réponses. Tout comme nos navigateurs que leur périple a laissés perplexes.

Programmation musicale : "Oli I rebemtes tou dounia" de Markos Vamvakaris

Le site du Courrier des Balkans

Le site Venise - Mer Noire 4000 milles jusqu'au Delta du Danube

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.