Scène de banquet sur le tondo d'une coupe attique à figures rouges - Peintre d'Euaion vers 460 av. J.-C
Scène de banquet sur le tondo d'une coupe attique à figures rouges - Peintre d'Euaion vers 460 av. J.-C © domaine public / Marie-Lan Nguyen
Scène de banquet sur le tondo d'une coupe attique à figures rouges - Peintre d'Euaion vers 460 av. J.-C
Scène de banquet sur le tondo d'une coupe attique à figures rouges - Peintre d'Euaion vers 460 av. J.-C © domaine public / Marie-Lan Nguyen

Philippides et l’exaltation du corps civique. Et Périclès qui, aux funérailles des soldats morts la première année de la guerre du Péloponnèse, aurait dit : " la loi fait à tous la part égale, ni l’appartenance à une catégorie ne crée de privilèges ni la pauvreté n’interdit de participer activement à la vie de la cité ."

Nous avons besoin de ce souvenir d’Athènes et des cités grecques au Ve siècle. On dit de toutes parts que les mécanismes de l’élection au suffrage universel sont grippés. Ceux qui ont le droit de vote l’utilisent moins et ceux qui se sentent le droit d’exercer des responsabilités ne voient plus pourquoi ils devraient passer par les chicanes de l’élection. Un jeune ministre d’ouverture vient encore de nous l’expliquer : il a déjà produit trop de richesses pour se soumettre au cursus électoral de papa. Philosophe de formation, il connaît par cœur son Platon qui, au IVe siècle, quand commençait la crise de la démocratie athénienne, voulait fonder la politique sur une compétence appropriée.

Mais ceux qui dénoncent les impasses du système représentatif d’aujourd’hui peuvent trouver d’autres références dans l’exemple grec. Ils sont particulièrement intéressés par l’égal accès des citoyens à la parole et aux fonctions. Des mécanismes précis y veillaient, fondés sur le tirage au sort et la rotation des postes. Ceux qui sont sur la piste de la démocratie participative, voudraient les voir remis au goût du jour.

Le registre des propositions grecques qui nous est toujours ouvert est vaste. La réflexion politique contemporaine peut toujours y faire son miel. Mais, évidemment, l’histoire sociale passe par là. Elle cherche le socle du réel. Et elle serait bien capable de nous dire que les cités grecques étaient, dans les faits, fondées sur des inégalités structurantes !

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.