Ptolémée, dès le IIe siècle, avait appliqué à la terre sa science du ciel. Sa cartographie, à l’origine une cosmographie, offrait un outil de représentation systématique, mathématique qui permettait de situer à la surface de la terre un grand nombre de lieux remarquables.

Portulan de Joan Martines dépeignant le détroit de Magellan (1587)
Portulan de Joan Martines dépeignant le détroit de Magellan (1587) © Getty / PHAS

Après lui, le Moyen Age ne connaissait plus Ptolémée que de réputation…

Curieusement, sa traduction du grec en arabe ne semble pas avoir été assurée ni par le canal andalou ni par le canal sicilien. 

Il est vrai que les centres intellectuels arabo-musulmans du Sud de l’Espagne et de l’Italie ne fonctionnaient pas selon la méthode et avec la constance que nous imaginons. Ainsi en 1154, le géographe Al Idrissi avait présenté au roi de Palerme une somme géographique considérable : elle n’a été ensuite reprise que parcimonieusement dans le monde arabe et traduite très tardivement en latin. Le savoir n’était pas aussi cumulatif que nous le croyons aujourd’hui.

Claudius Ptolémée. Dictionnaire historique de Crabb (1825)
Claudius Ptolémée. Dictionnaire historique de Crabb (1825) © Getty / Universal History Archive / Contributeur

Le XIVe siècle, toutefois, avait engrangé assez de connaissances pour entrevoir la possibilité de grandes expéditions européennes. La redécouverte de Ptolémée, au XVe siècle, change les données de manière décisive. Une copie de sa Géographie était conservée à Byzance oùMaxime Planude, un érudit byzantin, en découvrit le texte. Comment ce miracle a-t-il été possible ? On ne le sait trop. En tout cas, le manuscrit est traduit et réapparaît en Italie en 1409. L’ouvrage connait immédiatement une large diffusion.

C’est autour de lui que va se réorganiser la représentation du monde connu. Le système de Ptolémée offre en effet l’avantage incomparable de fournir une méthode pour cartographier toujours plus.

L’ouvrage contribuera à un vrai renouvellement des représentations cartographiques. Les portes du monde s’ouvrent…

Bibliographie

  • L'exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes de Romain Bertrand (Seuil).
  • Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles de Annliese Nef (Ecole française de Rome).
  • La Sicile de Byzance à l'Islam de Annliese Nef (De Boccard).
  • La Méditerranée entre pays d'Islam et monde latin de Philippe Jansen , Annliese Nef (Sedes).
  • L'Europe et les géographes arabes du Moyen Age de Jean-Charles Ducene (CNRS).
  • La fabrique de l'Océan Indien : Cartes d'orient et d'occident (antiquité-16e siècle) de Eric Vallet et Emmanuelle Vagnon (Editions de la Sorbonne).
  • Cartographie et représentations de l'Orient méditerranéen en Occident (du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle) de Emmanuelle Vagnon (Brepols).

Programmation musicale

  • Les voyages musicaux de Marco Polo de Kyriakos Kalaitzidis par l'Ensemble Constantinople (2015) - Concert à l'IMA à Paris donné le 17 avril 2015

Exposition 

Quand les artistes dessinaient les cartes du 25 septembre 2019 au 7 janvier 2020 aux Archives nationales site de Paris - Hôtel Soubise

Le département des Cartes et plans de la BNF, plus fort que Google Maps ! 

Franck Olivar, de l'équipe de La Marche de l'histoire, s'est rendu au département des Cartes et plans de la Bibliothèque Nationale de France. Il en est revenu avec des reportages, dont vous avez pu entendre un extrait dans l'émission d'aujourd'hui, que vous pouvez retrouver en intégralité sur la page d'un lieu une histoire.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.