Nature morte aux vieux livres
Nature morte aux vieux livres © Radio France / Pethrus

Philippe Rouvillois, juriste atypique, historien habitué des enjeux vertigineux, le snobisme, le progrès...

attaque le sujet en cette période de rentrée littéraire

avec un livre publié chez Flammarion.

L'ère de la vitesse a commencé il y a cent cinquante ans et quelques avec le chemin de fer.

Celle des best-sellers avec l'accélération des modes d'impression et de diffusion, à la même époque.

L'expression apparaît aux Etats-Unis en 1889, elle est largement utilisée en France dès les années 1920.

Mais le mot est un fourre-tout.

Selon les périodes il ne s'applique pas aux mêmes seuils: à notre époque d'industrie culturelle, on compte par millions; il y a un siècle, au temps de la littérature industrielle, on calculait seulement en centaines de milliers d'exemplaires.

Du best-seller, on parle généralement comme d'un succès prévu, calcule voire manipulé.

Mais le best seller le plus révélateur n'est-il pas l'imprévu, celui qui s'embrase comme un feu, révélant tout d'un coup une sensibilité latente ?

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.