Affiche du film Night Nurse - 1931
Affiche du film Night Nurse - 1931 © Library of Congress / Library of Congress

Plusieurs établissements culturels parisiens sont présentement très portés sur le nu : le Grand Palais avec Helmut Newton, Orsay avec Degas et même l'Institut du Monde Arabe qui ose courageusement un programme "Le corps découvert".

Un projet destiné à un public sélectionné, c'est une chose. Mais comment se comporter quand on s'adresse à tous ?

Première comparaison avec aujourd'hui. Internet suscite beaucoup d'inquiétude chez les parents. Eh bien, c'était la même chose pour le cinéma aux Etats-Unis dans les années 30 : les Américains, à l'époque, pouvaient s'y rendre jusqu'à trois fois par semaine; ils entendaient le faire en famille.

Second rapprochement. La France, qu'on s'en réjouisse ou non, devient peu à peu une mosaïque de communautés : ceux qui sont de culture musulmane mais aussi bien ceux qui sont de culture chinoise ne vont pas avoir la même réaction devant le nu que les membres de la classe dite créative. Eh bien, le cinéma américain se trouvait au beau milieu d'un télescopage aussi complexe : là-bas, c'étaient, entre autres, les Irlandais et les Italiens qui donnaient de la voix.

D'un côté et de l'autre de l'Atlantique, la question de la justification et des modalités de la censure ne s'enterre pas si facilement.

Evénement(s) lié(s)

Degas et le nu

Le corps découvert

Helmut Newton

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.