« Quel roman que ma vie », « J’ai été le flambeau de la Révolution » quand ce n’est pas : « J’ai été le messie de la Révolution »…. Le mythe politique de Napoléon tient en partie à quelques formules bien ciselées qu’il aurait prononcées à Sainte-Hélène. Mais, au fait, sont-elles jamais sorties de sa bouche ?

Emmanuel de Las Cases et son fils écrivant les mémoires de Napoléon Bonaparte sous sa dictée
Emmanuel de Las Cases et son fils écrivant les mémoires de Napoléon Bonaparte sous sa dictée © Getty / Print Collector

📚 RÉVISIONS BAC - Vous êtes lycéen et vous tenez à profiter au maximum du temps libre dont vous disposez pour réviser votre bac ? Retrouvez tous les épisodes de La Marche de l'Histoire en lien avec votre programme, pour enrichir vos connaissances.

Rediffusion du 24/10/2017

« Quel roman que ma vie », « J’ai été le flambeau de la Révolution » quand ce n’est pas : « J’ai été le messie de la Révolution  »…. Le mythe politique de Napoléon tient en partie à quelques formules bien ciselées qu’il aurait prononcées à Sainte-Hélène. Mais, au fait, sont-elles jamais sorties de sa bouche ? 

Chateaubriand disait déjà qu’il était difficile de démêler ce qui appartenait à Napoléon et ce qui appartenait à ses secrétaires

Le plus réputé d’entre eux, c’est Las Cases qui a entamé la parution de son fameux Mémorial dès 1823. Eh bien voilà qu’un chercheur anglais vient de retrouver inopinément - et que la Fondation Napoléon édite savamment la première version de ce Mémorial, celle-là même que Las Cases avait dû laisser à Sainte Hélène lors de son départ forcé en 1816. Et cet évangile premier s’avère assez différent, nettement plus mince en tout cas, que les huit volumes imprimés par la suite… Par exemple, il ne comporte pas les maximes illustres qu’on vient de citer ! 

Tremblement de terre chez les napoléonides ?

Nous avons tellement entendu répéter que « sans Sainte Hélène, pas de Napoléon posthume et sans le Mémorial, pas de Sainte Hélène ». Peut-être mais on se doutait bien que la voix de Las Cases se superposait souvent à celle de l’empereur…. Et si le succès du Mémorial a beaucoup contribué à construire le mythe politique, la légende de Napoléon, elle, est née bien avant. En France et dans toute l’Europe, y compris en Angleterre. La légende n’a  besoin ni d’évangiles ni moins encore d’exégèse. Elle est affaire d’imagination. Elle se nourrit des rumeurs du retour de l’empereur contre lesquelles la mort même de Napoléon n’a pas prise : la légende croit à la résurrection. Le mythe prépare au pouvoir. Las Cases et son fils qui l’accompagnait à Sainte-Hélène ont fini députés. En revanche, la légende court dans le peuple, avec un parfum d’insoumission. Elle prépare à la sédition.

Bibliographie

  • Le mémorial de Sainte-Hélène. Le manuscrit retrouvé écrit par Emmanuel de Las Cases (Perrin)
  • La légende de Napoléon écrit par Sudhir Hazareesingh (Points)
  • Mythes et légendes de Napoléon. Un destin d'exception, entre rêve et réalité... écrit par Annie Jourdan (Privat)
  • L'homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie écrit par Laure Murat (Editions Gallimard)
  • Mémoires de ma vie écrit par Charles de Rémusat (Perrin)

Programmation musicale : Les Souvenirs du Peuple de Béranger

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.