Guy Mollet, Président du Conseil
Guy Mollet, Président du Conseil © cc / Nationaal Archief
En janvier 1956, des élections anticipées conduisent à la constitution d’un gouvernement dirigé par le numéro un du Parti socialiste, Guy Mollet. Il avait fait campagne en métropole pour l’apaisement en Algérie et une réduction du service militaire à un an. Il aurait voulu y faire évoluer les institutions, parvenir à l’égalité de l’élément européen et de l’élément musulman, comme on disait à l’époque. Mais, de l’autre côté de la Méditerranée, les forces de dialogue sont laminées et la radicalisation semble devenue irréversible. Quand Mollet effectue sa première visite à Alger, il se retrouve prisonnier d’une foule d’Européens hostiles. Il avait choisi le 6 février. Date fatidique pour la République, en 1934 déjà… Mais un rationaliste ne croit pas aux signes prémonitoires. Pourtant, sous les huées, et les projectiles, il en vient à murmurer : « c’est le Golgotha. » Et il cède à la pression. Elu sur la promesse de conjurer le terrorisme comme la répression aveugle, il va déchaîner l’un et l’autre. Il va augmenter la présence militaire en Algérie : le service militaire passera bientôt à 27 mois. Son garde des Sceaux François Mitterrand acceptera la substitution des juges militaires aux juges civils. Et quand les universisitaires dénonceront la multiplication des « laboratoires de la torture », son ministre de la Défense expliquera que les « chers professeurs » excusent les terroristes. Du plus long gouvernement de la IVème, le Parti socialiste sortira affaibli et bientôt amputé de sa gauche « morale ». Surtout, la IVème République, malgré ses succès en bien d’autres matières, se brisera sur cette question de l’Algérie. Les forces militaires et antiparlementaires à qui elle avait lâché la bride finirent par la déposer le 13 mai 1958. Pierre Mendès France, quand il avait démissionné du gouvernement Mollet, avait expliqué qu’on pouvait difficilement maintenir la démocratie si on ne respectait pas la parole donnée lors des élections. ## Evénement(s) lié(s) [Made in Algeria, généalogie d’un territoire](/evenement-made-in-algeria-genealogie-d-un-territoire) [Deux grandes séances parlementaires restituées par la Comédie Française](/evenement-deux-grandes-seances-parlementaires-restituees-par-la-comedie-francaise-0)
Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.