Les chouans ? Ils se reconnaissaient, disait-on, au signal du cri du chat-huant. Et ils couraient, tels des lapins, dans le bocage et les landes de tout l'Ouest de la France. Mais on en a connu aussi ailleurs, aux confins de la Lozère et du Rouergue par exemple.

Breton en sentinelle devant une église par Charles Loyeux - Début XIXe siècle
Breton en sentinelle devant une église par Charles Loyeux - Début XIXe siècle © Musée d'art et d'histoire de Cholet

Le substantif est devenu un verbe. Chouanner, c'est faire se lever du silence de la nuit une petite troupe qui s'en va attaquer une diligence, un village, une ville…

Le chouannage est affaire de longue durée. Réprimé en 1793, il est de nouveau actif en 94 et, en 95, il est réveillé par le débarquement anglo-émigré de Quiberon qui échoue à faire la jonction avec le mouvement breton mais diffuse ses rescapés dans toute la péninsule.

En 1799, on en est au troisième temps de la chouannerie. Le pouvoir du Directoire est affaibli. Le moment est venu de lancer des raid-éclairs contre Coutances, Le Mans, Nantes... Et, le 5 brumaire de l'an VIII, contre le chef-lieu des Côtes du Nord.

On n'est jamais sûr de rien avec le passé. Et surtout avec le passé chouan, par définition difficile à reconstituer. Nous allons vous conter comment un nouveau récit des combats de Saint-Brieuc de 1799 remet le feu aujourd'hui à une bataille jamais tout à fait éteinte.

Les liens

Association Républicaine Poulain-Corbion L'Association Républicaine Poulain-Corbion a pour but de perpétuer la mémoire de Poulain-Corbion, ancien maire de Saint-Brieuc.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.