Une tradition veut que, le 1er janvier, soit publiée la première des cinq promotions de la Légion d’honneur qui vont émailler l’année à venir. En 2018, 336 noms ont été retenus. Le nouveau président avait annoncé une réduction drastique. Pour être décoré, a-t-il fait dire, il faut un mérite singulier.

Le grand collier de l'Ordre national de la Légion d'honneur
Le grand collier de l'Ordre national de la Légion d'honneur © AFP / François Mori

Une tradition veut que, le 1er janvier, soit publiée la première des cinq promotions de la Légion d’honneur qui vont émailler l’année à venir.

En 2018, 336 noms ont été retenus. La précédente fournée, décidée déjà par Emmanuel Macron, n’en comportait qu’une centaine. Le nouveau président avait annoncé une réduction drastique. Pour être décoré, a-t-il fait dire, il faut un mérite singulier.

La rareté fait la valeur des décorations. Mais, comme la méthode du gouvernement par les honneurs est commode et économique, la tentation est d’ouvrir les vannes. Sous Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, l’ordre de la Légion d’Honneur a compté près de 3500 nouveaux membres chaque année ; sous Pompidou et Giscard, c’étaient plus de 4000. Peu avant, en 1963, le général de Gaulle avait pourtant introduit une sélection qu’il avait crue décisive.

Sans doute la demande de Légion d’honneur demeure-t-elle très forte. Il ne suffit pas de la canaliser vers d’autres ordres, de second rang ou de troisième rang. Cela reste une ambition d’espérer la vraie croix, un plaisir de la toucher.

Mais de qui provient cette demande ? Au moment de la création de l’ordre, le simple soldat pouvait avoir le sentiment de tenir dans sa giberne son bâton de maréchal : Napoléon distribua 48000 médailles, tant civiles que militaires. Mais aujourd’hui, qui peut soutenir que la Légion d’honneur est représentative de la diversité de la société ?

Gouverner par les honneurs, c’est une science subtile. Démocratiser les honneurs, cela reste une inconnue.

Site de La Grande Chancellerie de la légion d'Honneur

Site de La Société des Membres de la Légion d'Honneur

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.