S'il n'y avait la politesse pour maintenir entre les uns et les autres de la neutralité, de l'indifférence calculée, où irait-on ?

Politesse : de polir. Limer, lisser, civiliser : la civilité précéda d'ailleurs la politesse.

Le baiser du chevalier par Frédéric Soulacroix
Le baiser du chevalier par Frédéric Soulacroix © Guil2027 / Guil2027

La France se targue d'être la fille aînée de la civilité. Au motif que sa Cour aurait inventé les belles manières : la noblesse, censurant ses emportements, y donna en tout cas l'exemple de nouveaux comportements.

Mais Rousseau vint qui démonta les ressorts de la comédie et prôna plus de franchise et d'authenticité.

La Révolution, ensuite, rêva d'une parfaite équivalence entre les citoyens, qui aurait aboli la distance. En vain.

Et aujourd'hui, alors que les classes supérieures anciennes sont toujours le modèle en la matière, qu'en est-il ?

A l'origine historique de la politesse en France, il y aura toujours l'aristocratie mais, en son fondement philosophique, la République a-t-elle pu installer l'amour de l'égalité ?

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.