La mise à la flamme, c'est autour de 1000 degrés et - autre chiffre - 32% des obsèques en France. Dans les pays dits développés, un vent favorable souffle sur les feux de la crémation - jugée plus écologique, plus esthétique, plus scientifique...

Les funérailles de Shelley par Louis Edouard Fournier - 1889
Les funérailles de Shelley par Louis Edouard Fournier - 1889 © Walker Art Gallery

En faisant le choix d'être réduits en cendres, les disparus témoignent d'un désir nouveau de se faire légers, de ne pas encombrer les vivants. L'historien en est troublé : bientôt, il ne pourra plus se dire qu'en marchant sur la terre, il marche sur les morts.

En même temps, il ne doit pas surinterpréter. Dans la cohabitation qui s'installe entre inhumation et crémation - qu'il a déjà connue dans d'autres périodes - doit-il voir vraiment une guerre entre des systèmes religieux et philosophiques ? Ou, simplement, une recherche bien moderne de l'individualité et de la commodité ?

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.