L’exposition du Centre Pompidou s’appelle « la peinture, même ». C’est qu’il a été peintre, tout de même ? Puis il a jugé la peinture obsolète et sa vie, ensuite, afficha une volonté déterminée de se déprendre de l’art.

Marcel Duchamp
Marcel Duchamp © Corbis Image

André Breton le considérait comme l’homme le plus intelligent du XXème siècle et, en effet, il élabora de nouvelles lois de la représentation à partir des choses contemporaines : « au lieu d’un feu de bois à l’ancienne, observe-t-il, on peut contempler une roue de bicyclette dont la fourche serait fichée sur un tabouret de cuisine ; eh bien, quand elle tourne, elle multiplie les dimensions, mieux que les techniques du cubisme que j’ai utilisées pour tenter de mettre en mouvement un Nu descendant l’escalier ».

Ce fameux « Nu », c’était en 1912. Date-clé. Nous pouvons aujourd’hui reconstituer de mémoire cet étonnant atelier du XXème siècle naissant où de nombreux pionniers sont tous animés d’une même conviction : la peinture, c’est autre chose que des couleurs à l’huile sur une toile, c’est un contenu intérieur. En 1912, Kandinsky à Munich publie son « Cavalier bleu », Picasso en France pratique les papiers collés. Tous deux continueront à peindre, avec un débit ininterrompu, sans répétition ni faiblesse. Duchamp passera la ligne, sans esprit de retour : « l’art est mort, place à l’artifice ».

Paradoxe ! C’est celui qui liquide l’héritage dont se réclament aujourd’hui le plus de descendants. Partout on voit des « installations » dont les auteurs se prennent pour Duchamp.

Evénement(s) lié(s)

Marcel Duchamp. La peinture, même.

Les liens

Coloque de rentrée du Collège de France sur l'année 1914

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.