Affiche de campagne de Valéry Giscard d'Estaing en 1974
Affiche de campagne de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 © Radio France

Jeune homme comblé des dons de la naissance, de l'intelligence, de l'argent, il avait été programmé pour régner.

Félin glissé dans les hautes herbes du gaullisme, il put enfin se présenter à découvert dès que disparut le président Pompidou.

Sa famille politique était très minoritaire. Il fallut joindre à son talent propre les circonstances exceptionnelles de l'année pour qu'il soit élu, à 1% près.

Les premiers mois, l'entendant parler avec son ton qui n'était qu'à lui et le voyant agir de façon inattendue, ses électeurs s'irritaient, ses adversaires demeuraient déconcertés.

Voici le récit de ce moment étonnant, comme suspendu dans l'histoire. L'ombre de la crise économique commençait à peine à se profiler, les Français étaient assez confiants pour voter à 85%, assez jeunes pour choisir un quadragénaire, assez naïfs pour croire que deux sur trois d'entre eux appartenaient aux mêmes classes moyennes.

Voici le récit d'un moment qu'on peut regarder, à distance, comme un simple moment de félicité pour le principal intéressé, une parenthèse pour les autres. Il eut pourtant sa nécessité dans le processus de modernisation de la France.

Evénement(s) lié(s)

Giscard, l’homme blessé

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.