A partir du moment où on veut bien reconnaitre que, dans le mariage, outre l'alliance contractée devant la société, il y a aussi une bonne part d'amour, il faut accepter qu'il soit instable. Les divorces, longtemps restés, après la loi Naquet de 1884, rares, contenus, sont devenus, depuis 1975 moins difficiles, plus flexibles, presque naturels.

Avocats et Plaideurs : "Enfin, nous avons obtenu la séparation des biens !" - Gravure d'Honoré Daumier - 1851
Avocats et Plaideurs : "Enfin, nous avons obtenu la séparation des biens !" - Gravure d'Honoré Daumier - 1851 © cc / Google Art Project

Leur nombre a explosé dans les années 1960, progressé encore depuis. Maintenant ce sont les seniors s'y essaient à leur tour : "J'ai 75 ans et encore une vie à vivre" .

Cette nouvelle physionomie du divorce a changé celle du mariage. Au point que le démariage, vieux mot oublié qui désignait des situations exceptionnelles, est devenu naturel. Concubinat, pacs... c'est une pluralité de conjugalités.

Mais, en même temps que chacun veut mener sa vie à sa façon, l'intervention de l'action publique demeure constamment requise. Des personnes du même sexe qui ne pouvaient se marier entre elles demandent à entrer dans la norme, quitte à la subvertir sans le savoir. Beaucoup de femmes refusent que le mariage soit un simple contrat entre deux personnes que les hommes pourraient rompre trop facilement à leur avantage. Notre besoin d'institution demeure même dans une société où l'individuation très avancée.

Et on ne se débarrasse pas si facilement du mariage parce que, remarquait Georges Duby, il continue de tenir dans notre imaginaire la place d'un rêve de perfection.

Mots-clés:
Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=

(ré)écouter La marche de l'histoire Voir les autres diffusions de l'émission

Judas

Christianisme et écologie