Une saucisse de porc, un purée de tomate et…de la poudre de curry. C’est le currywurst. L’idée du curry serait venue par les troupes britanniques d’occupation. Et d’où les britanniques l’avaient-ils tirée ? De feu leur empire des Indes.

Curry Würst
Curry Würst © Getty / Foodcollection

Une saucisse de porc, un purée de tomate et… de la poudre de curry. C’est le currywurst. L’idée du curry  serait venue par les troupes britanniques d’occupation. Et d’où les Britanniques l’avaient-ils tirée ? De feu leur empire des Indes.

Le currywurst n’est pas pour rien dans l’entreprise de l’historien indien Sanjay Subrahmanyam

En l’an 2000, il séjournait à Berlin. A sa panoplie de langues européennes, l’anglais, le français, l’italien, le danois, le néerlandais, il voulait ajouter l’allemand. L’expérience de ce plat où le curry à lui seul devait signifier l’Inde dans son ensemble le renforça dans le projet d’étudier les manières dont s’étaient forgées en Europe les représentations de l’Asie du Sud. Les plus optimistes – ou les plus innocents – auraient tendance à dire qu’avec la multiplication des acteurs et la sédimentation des temps, la connaissance progresse. D’autres observent que les clichés se sont constitués très tôt et qu’ensuite ils ont la vie dure : la caste, le bûcher pour les veuves et le curry pour les repas…

D’où l’idée d’étudier les strates de formation de ces représentations, de l’arrivée des Portugais au moment où la domination anglaise s’impose vraiment  autour de 1800. Soit une longue période « pré-coloniale » difficile à démêler car chacun, européen et indien, endosse déguisement après déguisement afin de ne pas laisser l’autre percer ses véritables intentions.

A Los Angeles où il enseigne à l’Université de Californie et à Paris, où il est professeur invité permanent au Collège de France, le projet de Sanjay Subrahmanyam a mûri. Un peu à la manière de ces bons vins dont on n’a pas l’habitude d’accompagner le currywurst. Le voici publié chez son éditeur français « officiel », Alma.

Bonne dégustation.

Programmation musicale : Chandernagor de Guy Béart

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.