À la représentation encore dominante des grand’s mères gâteaux s’en oppose une autre qui fait lignée. Nous évoquerons d’abord le film d’Allio, Les vieilles dames indignes, inspiré d’une nouvelle de Brecht : une veuve commence après la perte de son mari une nouvelle vie qui fait scandale dans son entourage.

Thérèse Clerc (à droite) et Monique Bragard, membres de l'association Les Babayagas, à Montreuil en 2007
Thérèse Clerc (à droite) et Monique Bragard, membres de l'association Les Babayagas, à Montreuil en 2007 © AFP / BERTRAND LANGLOIS

À ce film s’attache la figure de Madame Sylvie : courte silhouette vêtue et chapeautée de noir se dressant droite comme un point d’exclamation.

En 1988, Jean-Pierre Mocky imagine dans La saison des plaisirs une septuagénaire et sa mère centenaire qui  parlent haut et fort des vertus et des vices du téléphone rose. Les personnes âgées peuvent avoir une vie sexuelle.

Un peu plus tard – et là, nous sommes dans la réalité, la construction, Thérèse Clerc lance à Montreuil une expérience d’habitat  groupé autogéré avec des femmes âgées au revenu modeste – généralement de  vieilles militantes  cooptée qui, après avoir voulu refaire le monde, veulent refaire la vieillesse.

L’âge avance ? Simone de Beauvoir, en son temps, avait cherché à percer un nouveau front politique grâce aux vieilles personnes libérées.

Bibliographie 

  • Les histoires de René Allio de Sylvie Lindeperg, Myriam Tsikounas, Marguerite Vappereau, Collectif (PU Rennes).
  • Les carnets de René Allio (Deuxième époque).
  • Thérèse Clerc, Antigone aux cheveux blancs de Danielle Michel-Chich (Des femmes).
  • Les vieilles dames. L'intégrale de Jacques Faizant (Michel Lafon).
  • La vieillesse de Simone de Beauvoir (Gallimard).
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.