Statue d'Alexandre le Grand à Skopje
Statue d'Alexandre le Grand à Skopje © Gonzosft / Gonzosft

On va répétant que l’économie grecque est périphérique. Peut-être. Encore que ses faiblesses puis son effondrement coûtent cher à tout le monde !

Nul ne doute, en revanche, que la place historique et géopolitique de la Grèce est stratégique. Entre espace méditerranéen et espace balkanique... C'était la justification de son entrée dans l’Europe il y a trente ans. Si elle se retrouve laissée à elle-même, tout le monde mesurera vite les conséquences.

Un exemple, parmi d'autres: l'affaire de Macédoine. En 1991, quand un état indépendant naquit à sa frontière Nord et qu'il prit le nom de Macédoine, la Grèce poussa les hauts cris, clamant qu'on lui volait son histoire glorieuse, celle de Philippe et d'Alexandre. Ce ne sont pas les évènements actuels qui vont apaiser la polémique, laquelle n'est jamais retombée.

Les voisins de la Grèce, les petits comme les puissants, et plus loin, les émergents tireront de son affaiblissement le parti qui les arrangera. Tandis qu'à l'intérieur du pays, la société grecque, rejetant de plus en plus le modèle libéral, rêvera de combats patriotiques. Dignes des grands aïeux des plus hautes époques.

Evénement(s) lié(s)

Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.