Kaddour Ben-Ghabrit
Kaddour Ben-Ghabrit © Younesb91 / Younesb91

"Les enfants juifs sont nos enfants"... Ainsi parle en 1942 le directeur de la Grande Mosquée de Paris - le titre de recteur n'existait pas encore - dans le film d'Ismaël Ferroukhi Les hommes libres , sorti en salle le 28 septembre 2011.

Vingt ans après un documentaire signé Derri Berkani, le réalisateur attire justement l'attention sur Kaddour Ben Ghabrit. Agent consulaire de la République et en même temps proche du sultan du Maroc, cet homme d'envergure se retrouve sous l'occupation face à lui-même, ultime responsable de la population nord-africaine de la région parisienne. Quelques dizaines de milliers de travailleurs, déboussolés par la défaite, surveillés plus que jamais par la police, guettés par les collaborationnistes qui veulent les enrôler, interdits de retour après le débarquement allié fin 1942: ces gens sans statut se tournent, qu'ils soient pieux ou non, vers la Mosquée.

La Mosquée qui, vaste et labyrinthique, peut en outre servir de refuge à qui cherche à se cacher. Et dont les bureaux ont la ressource de délivrer de faux certificats d'appartenance à l'Islam.

Rompu à l'ambivalence du lien colonial, Ben Ghabrit opère à sa manière, toute de résistance subtile. Son interprète dans le film, Michael Lonsdale, restitue au personnage son importance historique. Il redonne aussi chair aux musulmans de France, ces invisibles de l'histoire de la seconde Guerre.

Deux conseillers historiques ont participé à la préparation du film, Pascal Le Pautremat et Benjamin Stora, que La marche de l'histoire reçoit aujourd'hui.

Evénement(s) lié(s)

Les Hommes libres

Les liens

Les Conférences du samedi au Mémorial du Maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris Musée Jean Moulin Un samedi par mois, à 10 heures, conférence de Christine Levisse-Touzé, directrice du Mémorial-Musée et historienne. Durée : 2 heures. Entrée libre. Samedi 15 octobre : Soldats et militaires coloniaux, septembre 1939 – fin juin 1940. 23, Allée de la 2e DBJardin Atlantique (au dessus de la gare Montparnasse)75015 Paris

L'association "Bâtisseuses de Paix" Les Bâtisseuses de Paix, association de femmes, militent depuis l’année 2002 à Paris pour éviter le transfert du conflit du Moyen-orient en France. Constituée dans la foulée de la flambée des actes antijuifs, ces femmes décident de créer un dialogue culturel basé sur le respect mutuel de chacune. Toutes les nuances identitaires et religieuses ont place chez les bâtisseuses qui situent leur action dans le domaine de l’éducation. L'association lance un appel à "Monsieur le Président Abdelaziz Bouteflika pour pouvoir apposer une plaque à l'entrée de la Grande Mosquée Mosquée de Paris qui rappelle la mémoire des enfants et adultes qui ont été sauvés en ces lieux". 

La Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration L’établissement public de la Porte Dorée - Cité nationale de l’histoire de l’immigration est chargé de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle et de contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et de faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.