Tramways hippomobiles sur la place du Capitole à Toulouse en 1899 - Photographie d'Eugène Trutat
Tramways hippomobiles sur la place du Capitole à Toulouse en 1899 - Photographie d'Eugène Trutat © Archives municipales de Toulouse / Archives municipales de Toulouse

Que diraient les chevaux avant d'aller à l'abattoir, s'ils savaient parler ?

Et si nous savions leur poser les bonnes questions !

La restitution du passé vécu du percheron, du boulonnais, du trait du Nord ou du breton n'est pas sans importance : il y avait en France 3 millions de chevaux en 1914; beaucoup battaient le pavé des villes, tiraient les bennes des mines et ils ne savaient pas qu'ils allaient être mobilisés pour la guerre.

Les faire passer de la vie animale à l'existence historique exige les mêmes qualités qui sont demandées, sur le terrain, à l'éleveur ou au vétérinaire. Il faut sortir de soi, se mettre du côté de l'autre, bref remonter sa pente d'humain pour parvenir à l'autre versant, l'animal.

Voici une tentative pour regarder autrement ce qu'on a appelé la Belle Epoque, et les années qui suivirent. Pour les regarder du point de vue du ... cheval. Au risque d'être désarçonné.

Evénement(s) lié(s)

Beauté animale

Cheval de guerre

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.